Skip to content

Bolsonaro, malhabile Machiavel

Le Brésil soufre d’un terrible déficit d’image depuis la prise de pouvoir en janvier 2019 de Jair Bolsonaro. La pandémie du Covid-19 a donné au président brésilien une nouvelle occasion de faire entendre sa voix dissonante et les grands médias internationaux n’ont pas manqué de cibler le président brésilien devenu le croque-mitaine de l’Amérique Latine, le grand oppresseur des favelas, bref l’incarnation du mal absolu. Son bilan est évidemment à nuancer.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© Romée de saint Céran / Louis Lecomte
Lorsque Bolsonaro accède au pouvoir, il surfe sur la colère du peuple brésilien et l’insupportable violence de rue, la corruption politico-administrative, le délitement des valeurs familiales chères à la majorité de la population et enfin l’insupportable bureaucratie du quotidien. Ces problèmes paralysent le formidable potentiel de développement du pays, aux prises avec une crise économique latente depuis au moins 2016 et la destitution de la présidente Dilma Roussef. Adepte de la langue du peuple avec tout ce qu’elle compte d’excès, Bolsonaro partait d’autant plus loin que le système institutionnel fédéral et un Parlement politiquement très fragmenté lui étaient largement défavorables dès sa prise de fonction. Il pouvait néanmoins s’appuyer sur trois factions gouvernementales sociologiquement importantes quoique sous-représentées au Parlement, qu’il a ralliées sous sa bannière durant la campagne présidentielle : le « peuple du bien ». [...]
La suite est réservée aux abonnée. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest

Share This