Skip to content

Coup de tonnerre en Irlande du Nord : les Unionistes veulent bloquer les institutions

Après la victoire du parti nationaliste de gauche Sinn Fein en Irlande du Nord, un Premier Ministre devait être nommé. Pourtant, les autres partis commencent à faire front contre ce changement qui met en péril le Royaume-Uni.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© DR

Le grand perdant des élections locale du 5 mai en Irlande du Nord, le DUP, vient d'annoncer ce vendredi qu'il ne voterait pas l'élection du nouveau Premier ministre après la victoire historique du Sinn Fein, parti républicain et ancienne vitrine légale de l'IRA. De ce fait, « Stormont », le siège de l'Assemblée autonome d'Irlande du Nord reste bloqué. Ces élections qui étaient censées donner un nouveau souffle au territoire touché par une grave crise sociale et politique l'enfoncent encore plus dans l'incertitude et la paralysie.

Car l'équation est insoluble : un parti républicain, le Sinn Fein, vient donc de remporter les élections. Son but est de réunifier l'île d'Irlande et de placer la frontière avec le Royaume-Uni au milieu de la mer celtique. Un parti unioniste, le DUP, vient de perdre les élections locales. Son but est de garder les six comtés d'Irlande du Nord dans le giron britannique et de garder la frontière politique existante avec la république d'Irlande. Or, cette frontière politique n'est plus une frontière douanière depuis les accords politiques post-Brexit, celle-ci étant, de facto, placée en mer d'Irlande, comme le réclament les Républicains !

Embroglio à l'irlandaise

Le Sinn Fein est nationaliste mais sait que, selon un dernier sondage, seuls 30% des Nord-irlandais souhaitent la réunification avec le sud. Même imbroglio pour le DUP qui est anti-européen alors qu'il sait que les Nord-irlandais ont voté pour le maintien dans l'UE lors du référendum du Brexit. Le Sinn Fein sait également qu'il a gagné les élections sur des questions sociales et grâce à la division des Unionistes et non sur la question politique de la réunification alors que le DUP argue que le total des voix unionistes est encore supérieur au total des voix républicaines. En clair, les Unionistes sont encore majoritaire mais ils n'ont plus le pouvoir. Par contre, s'ils persistent à bloquer Stormont, leur crédit dans la population risque de chuter encore. Les investissements sont bloqués, les marchés publics sont arrêtés alors même que la population souffre de la crise économique aggravée par le COVID.

Ce vendredi, tous les partis politiques nord-irlandais sont vent debout contre la décision du DUP. Même l’UUP, un autre parti unioniste, et l'Alliance – sorte de LREM local plutôt unioniste – couvrent le DUP de toutes les insultes disponibles dans le riche répertoire nord-irlandais. Sorcha Eastwood, députée d’Alliance parle de décision « honteuse » en rappelant qu'il y a six ans, le DUP avait « choisi le mauvais cheval » (le Brexit) et qu'il ne sait plus comment se dépêtrer des conséquences de ce choix. [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest