Skip to content

Enquête : HCE, le coût de l’égalité

En 2013, l'Observatoire de la parité est devenu Haut Conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes. Financée par le contribuable, cette instance consultative indépendante débusque toute trace de domination, dénonce le manspreading et défend l'allongement du délai de recours à l'IVG. Enquête.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© Capture d'écran rapport HCE

De notoriété publique, Jacques Chirac était un homme attaché à la question de la parité. Son souci des femmes, dont il a réduit un grand nombre à l’état d’objet jetable à consommer rapidement, le poussa en 1995 à créer l’Observatoire de la parité entre les femmes et les hommes. Trente-trois personnalités bénévoles, nommées pour trois années renouvelables furent chargées d’observer la vie politique française sous la houlette d’un rapporteur général, Roselyne Bachelot.

Il estime que, sur les 533 millions d’euros consacrés en 2019 au ministère de Marlène Schiappa, seuls 79 millions d’euros sont effectivement consacrés à la lutte contre les violences faites aux femmes, alors qu’il faudrait entre 506 millions et 1,1 milliard

Mémère est une caricature. Elle a été élevée chez des sœurs, sur qui elle crache désormais. En 1981, elle a voté Mitterrand pour suivre les consignes de Chirac. Elle détient un doctorat de pharmacie et n’a semble-t-il jamais pratiqué ce métier. La politique avant tout. Fille d’un résistant et député gaulliste d’Angers, elle s’est retrouvée au conseil d’administration du CHU… d’Angers. Ce manque de scrupule trahissait la gauchiste. Fifille de gauche a repris le siège de Papa de droite en 1988. Sa carrière reposait sur le soutien qu’elle recevait de mâles conservateurs. Elle a donc choisi de militer dans des associations féministes. Elle a promu l’avortement, le mariage homosexuel et l’adoption d’enfants par des couples homo. Tout cela lui a fait mériter un parcours gouvernemental chez Raffarin et Fillon, avant d’achever de se déshonorer dans une suite d’émissions de télévision minables. [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest