Gregor Puppinck: PMA, «Assumer sa condition d’être mortel»

Grégor Puppinck @DR

Directeur du Centre européen pour le droit et la justice (ECLJ), Gregor Puppinck est connu pour son expertise en matière de droit de la famille et de protection de la vie humaine. Son prochain ouvrage Les droits de l’homme dénaturé, paraîtra aux éditions du Cerf à l’automne 2018.

Il y a encore une dizaine d’années, légaliser la PMA sans père n’était même pas envisageable dans notre pays. Comment expliquez-vous que l’on en soit arrivé aussi vite à débattre de ce sujet ? Qu’est-ce que cela dit de l’état de notre société ?

Cela ne va pas aussi vite que vous semblez le dire. Ces idées étaient déjà présentes avant le XXIe siècle, sous la plume des penseurs matérialistes et eugénistes, tel le généticien américain Hermann Joseph Muller (1890 -1967), qui évoquait déjà la GPA ou l’ectogenèse (procréation d’un être humain qui permet le développement de l’embryon et du fœtus dans un utérus artificiel) et appelait de ses vœux la création d’une banque mondiale du sperme des personnes ayant reçu un prix Nobel. C’est surtout depuis la fin du XVIIIe siècle que l’idée d’une émancipation de l’homme par rapport à la nature s’est affirmée avec force. Voltaire évoque la « perfectibilité » de l’homme, c’est-à-dire (…..)
A découvrir dans le dernier numéro de L’Incorrect et en ligne pour les abonnés!

Essayiste

bdumoulin@lincorrect.org

Pin It on Pinterest

Share This