Skip to content

Histoire de Q

Dénoncer des actes pédophiles et sauver des enfants séquestrés, telle serait la croisade de QAnon (Q signature de la « pseudo-source », et Anon pour anonyme). Bon nombre de personnalités semblent impliquées dans cette triste affaire, dont Donald Trump en sauveur. Beau coup de QAnon, si seulement l’histoire tenait debout.

Partage

© Nicolas Pinet pour L’Incorrect

Une secte de pédophiles démonolâtres a-t-elle pris le contrôle de l’État profond américain après l’assassinat de John F. Kennedy ? On a le droit d’en douter mais c’est du moins ce qu’affirment les disciples de QAnon, un mouvement conspirationniste américain né en 2017 dans les poubelles d’Internet. Vous avez aimé le « pizzagate » ? Vous adorerez QAnon ! À en croire les zélateurs de cette « conspiracy theory », le président Donald Trump mènerait une guerre souterraine contre la « Cabal », une obscure société secrète aux mains du clan Clinton-Obama. Cette dernière compterait également en son sein des personnalités aussi diverses que Céline Dion, Tom Hanks, Oprah Winfrey ou Beyoncé. Le but de cette conspiration ? Enlever des enfants pour abuser d’eux et extraire de leur sang une substance à la fois psychotrope et rajeunissante : l’Adénochrome.

Affirmant que des milliers d’enfants seraient retenus prisonniers dans des bases militaires souterraines (« Deep Underground Military Bases » ou D.U.M.B.), les soutiens de QAnon sont persuadés que Trump va bientôt déclencher la « tempête » (« The storm »), à savoir le démantèlement de la « Cabal » et l’arrestation de ses responsables. Ce moment charnière annoncera un nouveau tournant dans l’histoire des États-Unis : le « grand réveil ». [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest