Skip to content

Charles Millon sur le Rwanda : jeu, set et match pour Kagamé

Le discours d’Emmanuel Macron à Kigali (Rwanda) fera date : il en restera l’image de la France, un genou à terre et le carnet de chèques à la main.

Partage

© Capture d'écran YouTube

Dès les années 1980, à la tête d’un Front patriotique rwandais fabriqué de toutes pièces, Paul Kagamé à partir de l’Ouganda voisin où il s’est installé, organise la déstabilisation du pouvoir en place au Rwanda, suscitant de fait une première guerre civile et sa prise de contrôle d’une partie du pays. Trois ans plus tard survient l’immonde boucherie qui a vu s’entretuer Hutus et Tutsi, deux ethnies ancestralement installées au Rwanda, pays assez éloigné de la zone d’influence française, mais lié par un accord de coopération et d’assistance militaire depuis 1975. Paul Kagamé prend le pouvoir, et ne lâchera plus jamais.

On doit reconnaître à l’inamovible Président du Rwanda, Paul Kagamé, une ténacité à nulle autre pareille et une persistance absolue à vouloir revisiter l’histoire. Révolutionnaire dans les années 80, il a endossé depuis le déguisement d’un redresseur de torts, qui dissimule sous sa cape de Zorro l’uniforme du militaire/chef des services secrets qu’il a toujours été. [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest