Skip to content

Julie (en 12 chapitres) : notre critique

Dans son nouveau film Julie (en 12 chapitres), Joachim Trier met en scène une jeune femme tiraillée entre ses devoirs et la permissivité de notre époque. Nouant intrigue amoureuse et réflexion plus générale, le réalisateur démontre une fois encore sa grande capacité d'analyse de la matière humaine.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© Julie (en douze chapitres)
Après sa poignante – et très libre – adaptation du Feu Follet de Drieu la Rochelle, Oslo 31 août, Joachim Trier revient avec Julie (en 12 chapitres) qui en impose par son ambition. Trier y fait le portrait saisissant d’une jeune femme moderne, convoquant à la fois les ombres tutélaires de Godard et du Woody Allen de Manhattan. Mise en scène dans tous les travers de son époque, Julie est donc plutôt antipathique, insatisfaite, volage, égoïste et narcissique. Trier la filme au plus près pour l’élucider non par une psychologie de bazar mais par un art consommé du découpage et du récit, se permettant même au passage quelques incursions bouleversantes dans le réalisme magique. [...]
La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest