Skip to content

Le Brésil de Bolsonaro infiltré par le Ku Klux Klan ?

Lors d’une manifestation le 21 avril dernier, la prise de parole publique d’un homme habillé à la manière du Ku Klux Klan a ravivé une vieille polémique : et si le Klan avait infiltré le Brésil de Jair Bolsonaro ?

Partage

© DR

Les chevaliers de « l’Empire invisible » ont-ils infiltré le Brésil du président Jair Bolsonaro ? Depuis le 21 avril dernier, c’est la question que se posent certains médias locaux. Lors d’une manifestation pro-gouvernementale organisée dans un quartier de la périphérie de Porto Alegre, un homme cagoulé et habillé à la manière du Ku Klux Klan a pris publiquement la parole devant une petite assistance. La scène a été filmée et commentée sur les réseaux sociaux de ce pays profondément marqué par l’esclavage. Ce n’est pas la première fois que l’on évoque des liens supposés entre le dirigeant brésilien et ce mouvement raciste, antisémite, anticatholique et anticommuniste fondé au XIXème siècle dans le sud des États-Unis.

https://twitter.com/OOorrer/status/1384993209911238671

« Que sommes-nous venus faire ici aujourd’hui, mes amis ? ». Avant même d’obtenir la réponse de son auditoire, habillé de l’attirail complet du parfait petit klaniste, l’homme renchérit immédiatement : « Nous sommes venus pour mettre fin au communisme ! ». Les applaudissements ne sont pas à la hauteur de l’orateur qui insiste pour que les participants, certains drapés des couleurs nationales, fassent échos à ses propos. La vidéo, qui a été partagée sur les réseaux sociaux et vue des milliers de fois, a fait réagir les autorités locales qui ont lancé une enquête afin d’identifier ce mystérieux personnage. Pour le Mouvement unifié noir ou le collectif Vidas Negras Importam (« La vie des noirs compte »), la messe est dite : le KKK a infiltré le mouvement bolsonariste, jugé par ses détracteurs comme étant sensible aux thèses raciales propagées par cette organisation. Ayant eu pignon sur rue durant toute la première moitié du XXème siècle, les klans ont longtemps joué les « faiseurs de rois » de shérifs, de conseillers municipaux, de gouverneurs et mêmes de présidents aux États-Unis. [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest