Skip to content

Les critiques littéraires de janvier

Chaque mois, L’Incorrect sélectionne pour vous le meilleur et le pire de l’actualité culturelle. Perles rares ou navets survendus, authentiques exploits ou pathétiques arnaques, ici se poursuit l’ambition de distinguer. À rebours de la tyrannie du médiocre, du politiquement convenable et du consensus, nos critiques vous redonnent le sens des hiérarchies. Place aux critiques littéraires de janvier.

Partage

© Louis Lecomte pour L’Incorrect

Gloire au roi Maulin !

La trilogie royale (En attendant le roi du monde, Les évangiles du lac, petit monarque et catacombes), Olivier Maulin, La Nouvelle Librairie, 330p., 20 € ; 422 p., 20,50 € ; 368p.,20 €.

Au milieu des années 2000, tandis que l’ironie de Michel Houellebecq avait déjà commencé de dissoudre les idoles de l’Occident libéral, un jeune écrivain allait surgir pour entreprendre une œuvre symétrique et complémentaire : celle de ré-enchanter ce monde vétuste, trompeur et sans joie à grand renfort de beuveries métaphysiques, de rites hétérodoxes et de sorties de route hilarantes hors de la voie post-moderne. Olivier Maulin venait de débarquer, jovial et corrosif, dionysiaque et provocant, aussitôt récompensé du Prix Étonnants Voyageurs pour un roman racontant comment un branleur français émigré de force au Portugal par sa copine allait s’ouvrir à la métaphysique à force de fumer des joints en compagnie d’un grutier illuminé.

Deux ans plus tard, en 2008, le romancier, dans ses Évangiles du lac, arrachait un Parisien aux niaiseries festivistes de la capitale pour le ressourcer aux antiques magies des forêts vosgiennes, qu’elles fussent chrétiennes ou païennes, du moment que crevaient les parapentistes athées. Enfin, son premier cycle s’achevait avec une restauration monarchique en plein palais de l’Élysée, organisée par les sous-fifres en extase durant le crépuscule sordide du règne de la momie (alias Mitterrand). Devant tant de génie réac et solaire, une mystérieuse Brigade du goût organisa, en novembre 2009, le sacre de l’auteur pour en faire le nouveau roi de Montmartre et Prince des poètes. La Nouvelle Librairie a eu la lumineuse initiative de rééditer cette première campagne romanesque sous le titre général de « Trilogie royale ». À la relire ou à la découvrir, on vérifiera comment son pouvoir souverain est intact, guérissant les écrouelles de la Bien-Pensance par d’irrésistibles crises de rire et relevant tous les étendards transcendants. Gloire au roi Maulin! Romaric Sangars [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest