Skip to content

Les « gros » candidats face à la guerre

Lors d’un semi-débat, huit des douze candidats à la présidentielle ont eu l’occasion de donner leur opinion sur la guerre en Ukraine tout en dévoilant les parties de leurs programmes attenantes.

Partage

© Capture d'écran YouTube

Ce dimanche 14 février, Fabien Roussel, Jean-Luc Mélenchon, Anne Hidalgo, Yannick Jadot, Emmanuel Macron, Valérie Pécresse, Marine Le Pen et Éric Zemmour ont eu l’occasion de passer sur TF1 face à Gilles Bouleau et Anne-Claire Coudray pour donner leur opinion quant à la situation en Russie.

Le premier point marquant est évidemment que la liste susmentionnée n’est pas exhaustive. En effet, par un mystérieux coup du sort, il s’avère que quatre candidats – Nicolas Dupont-Aignan, Jean Lassalle, Philippe Poutou et Nathalie Arthaud – n’ont pas eu le loisir de pouvoir s’exprimer. Si on comprend que les vices de l’audience ont forcé l’émission à ne pas durer plus de trois heures, on aurait aisément pu imaginer des interventions plus courtes pour que tous puissent être présents. D’autant plus que, parmi ces quatre « petits candidats », tous sauf Nathalie Arthaud sont donnés dans les sondages au même niveau ou au-dessus d’Anne Hidalgo, qui a participé ! On comprend mieux le « coup de gueule » poussé ce jour par Jean Lassalle à propos du choix des médias d’accorder leur temps à certains candidats mais pas à d’autres.

Sur le format encore, si l’émission a offert du calme, on peut condamner l’absence de débat par caprice du président de la République. Ne voulant se confronter à personne par peur d’y perdre en électorat, il refuse tout débat et change ainsi les modalités mises en place en 2017. Quand on n’a pas à défendre son bilan, il est certes plus aisé de se faire réélire. Un « faux-débat » pour reprendre l’expression utilisée par tous les médias. [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest