Les jeunes LR mettent la pression à leurs aînés

Crédit : Louis Lecomte pour L'Incorrect

Hier soir le collectif Racines d’avenir avait invité Eric Zemmour pour un dîner devant les jeunes LR. Une soirée réussie, un vibrant appel à l’union des droites, au rassemblement autour des idées, et à l’abandon définitif des boulets centristes du parti.

 

Le dîner-conférence d’Eric Zemmour était prévu depuis plusieurs semaines, quand le bureau de Racines d’avenir a appris la nouvelle. Zemmour allait venir en conférence le 30 janvier au siège des Républicains. Quelques messages s’enchaînent sur le What’sapp : « On maintient ? » Finalement, c’est le oui qui l’a emporté. Après tout, Zemmour avait l’air enthousiaste à l’idée de parler devant un public plus jeune.

 

Lire aussi : L’éditorial de Jacques de Guillebon du numéro spécial libéralisme : Nos mirages

 

Par courtoisie, Erik Tegnér a envoyé un sms à Laurent Wauquiez pour le prévenir de l’événement, et ce dernier s’est fendu d’un texto d’encouragement. Un petit message tout sauf anodin, Wauquiez ne lui répondant pour ainsi dire jamais.

 

 

Aurane Reihanian, contacté par Libé, râle en expliquant que les jeunes LR n’ont officiellement rien à voir avec cette soirée. Son mouvement paraît plus que jamais totalement obsolète, dépassé, inaudible, court-circuité par le dynamisme de Racines d’avenir.

 

Les quatre-vingt places ont été vendues en quelques jours. Un succès si rapide que les organisateurs n’ont pas pensé à garder des sièges de libres par sécurité, contraignant quelques personnes à patienter un étage plus bas. Un problème de riches pour les organisateurs qui voient leur invité plébiscité par l’affluence. Dans l’assemblée, la plupart des convives sont des jeunes LR, mais il y a également plusieurs jeunes PCD ou simplement curieux.

 

 

Le point commun entre tous ? L’envie assumée de se parler entre différentes chapelles. Le sujet de l’union des droites revient spontanément dans beaucoup de conversations : « Je suis convaincu par la ligne Wauquiez et la candidature de Bellamy. Mais je n’ai pas le moindre problème à dire que j’aime beaucoup Robert Ménard, Marion Maréchal, Dupont-Aignan, et dans une certaine mesure Marine le Pen » développe mon voisin.

 

Sous les acquiescements de toute la tablée. Un jeune PCD s’exprime à son tour : « L’important est que Bellamy, Poisson et Jordan soient élus. Le reste, on s’en fiche un peu ». Le reste, ce sont les débats sur la composition des listes et les subtilités concernant la ligne à adopter. Au fond, ces jeunes semblent bien peu préoccupés par le sort des Républicains et des partis en général.

 

Seule une petite amertume est perceptible concernant le RN, avec qui l’alliance semble bien impossible faute de répondant côté « Rassemblement ». François de Voyer, président du Cercle audace, était discrètement présent.

 

Erik Tegnér a perdu l’élection des jeunes LR mais il a gagné le plébiscite. Le chef c’est lui.

 

Zemmour arrive avec une petite heure de retard. Il entre sous une ovation. C’est le propre des mouvement de jeunes que d’être plus radicaux que leurs aînés. Ce soir, ils ne feront pas dans le détail. « Nous sommes la génération Zemmour ! » déclare Erik Tegnér tout sourire pour accueillir son hôte. Salve d’applaudissements.

 

Pendant la séance de dialogue entre le président de Racines d’avenir et l’ancien chroniqueur d’ONPC, les convives observent un silence monacal et se mordent les lèvres lorsqu’un couvert heurte trop fort l’assiette. Ils boivent plus les paroles de Zemmour que le vin rouge du dîner. Ce dernier, parfaitement à l’aise, raconte sans détour qu’il voit régulièrement Wauquiez et ne se prive pas de lui dire ses quatre vérités. Avec quelques petites révélations, notamment sur la CEDH.

 

 

Oui, il faut s’allier avec la droite comme Mitterrand avec les communistes. Oui, il faut le faire dès maintenant, non, la présidentielle ce n’est pas dans trop longtemps. Oui, Wauquiez a conscience des enjeux. Mais non, il n’est pas certain qu’il ait le courage de se jeter à l’eau : « S’allier avec le RN, c’est faire exploser le parti. Il faut être courageux. Et aussi, accepter de perdre ce phare de la pensée qu’est Valérie Pécresse. » La salle rit et applaudit unanimement.

 

 

Canal+ et le Huffington Post cherchent des convives à interviewer. A ma table, deux jeunes LR sciences-po refusent catégoriquement de passer devant la caméra, pour ne pas se faire ostraciser rue Saint-Guillaume. Erik Tegnér s’en sort très bien mais prononce « au fond » toutes les trois phrases. La génération Zemmour déborde d’énergie mais n’est pas encore tout à fait prête.

 

Eric Zemmour dédicace ses livres avant de partir. Le public a du mal à s’en aller. Erik Tegnér a perdu l’élection des jeunes LR mais il a gagné le plébiscite. Le chef c’est lui. L’Incorrect, qui bien entendu n’est pas étranger à toute cette affaire, la suit avec attention.

Journaliste

llecomte@lincorrect.org

Pin It on Pinterest

Share This