Orbán réinvente la démocratie chrétienne

Benjamin de Diesbach pour L'incorrect

La Hongrie n’est pas l’horrible dictature dont se repaissent les médias occidentaux. Nos reporters Hadrien Desuin et Benjamin de Diesbach sont allés enquêter sur place.   Le soleil de Budapest est radieux cette mi-Septembre. L’automne n’est pas encore là et pourtant Victor Orban est maussade. Il a du faire le déplacement jusqu’à Strasbourg pour répondre aux accusations d’une inconnue, députée hollandaise et écologiste, une certaine Judith Sargentini. En vain. Le vote de l’article 7 du traité de l’UE à la majorité des deux tiers du Parlement européen est un petit tournant dans l’histoire politique de l’Europe. Les députés autrichiens de l’ÖVP, parti du Chancelier Sebastian Kurz allié du Fidesz hongrois au PPE, ont brisé le fantasme d’une nouvelle coalition austro-hongroise qui unirait les conservateurs du Vieux continent. Les députés libéraux polonais se sont joints à la CDU-CSU et même certains députés tchèques du parti d’Andrej Babis. « En Europe, c’est Merkel qui décide de tout », déplore le Premier ministre hongrois. Il l’a si bien compris que la Chancelière et lui-même négociaient, il y a peu, l’implantation d’une nouvelle usine BMW en Hongrie. L’Europe centrale est l’arrière-boutique de (.....) Lisez la suite dans le dernier numéro de L'incorrect, disponible en kiosques et par abonnement !
Pour pouvoir lire cet article vous devez vous abonner :Notre Offre

.

hdesuin@lincorret.org

Pin It on Pinterest

Share This