Skip to content

Sélectron : les onze plus belles ignominies de Taha Bouhafs

Parce qu’on le critique, Taha Bouhafs dira probablement que cet article est raciste, fasciste et pro-violences policières. Qu’à cela ne tienne : L’Incorrect s’est penché sur ses onze plus belles ignominies. Sélectron.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© Capture d'écran YouTube

11- Haine ludique

Commençons tranquillement par quelque chose d’un peu méchant, mais pas trop. Alors que Zineb El-Rhazoui n’avait pas rejoint Macron et donc qu’il n’y avait aucune raison valable de critiquer celle qui militait pour la laïcité, Taha avait déjà une dent contre elle. Au point de chanter avec sa mélodieuse voix « Si t’aimes pas Zineb El-Rhazoui, tape dans tes mains ». Il ne fait pas bon critiquer l’islamisation de la société.

10- Style Jean-Marie Le Pen

Quel est le point commun entre Taha Bouhafs et Jean-Marie Le Pen ? Si ce n’est d’avoir deux fois la lettre « A » dans le prénom, c’est une certaine tendance à associer les juifs aux fours. En effet, alors que Benoît Hamon dénonçait des insultes antisionistes dont Alain Finkielkraut avait été victime, notre héros avait brillamment commenté : « C'est bientôt le dîner du CRIF et t'as pas envie d'être privé de petits fours. ». Qui l’eut cru ?

9- Palestine Ackbar

Le combat contre le sionisme se mène tous les jours pour ce « journaliste indé ». Il avait ainsi déclaré un beau jour : « En cette veille de Ramadan, mon cœur brûle pour nos frères palestiniens, qui commencent ce mois sacré sous les bombes des colons israéliens. Pardonnez-nous de notre faiblesse. Mais le jour viendra. Libération de la Palestine de la mer jusqu’au Jourdain. ». Un peu manichéen et radical non ? C’est ça la mouvance antiraciste et indigéniste. [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest