Skip to content

Sélectron : quand Gérald Darmanin était réactionnaire

Il y a quelque temps, la ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin dénonçait cette « sorte de complaisance pour l'extrême droite » s’étant installée dans le pays, et craignait l’avancement de « la bête immonde ». C’était oublié un peu vite qu’il avait lui-même un passé d’estreme-drouate. Sélectron de ses meilleurs faits d’armes réactionnaires.

Partage

© DR

6 – Quand Darmanin était antimacroniste

Présidentielle 2017. Alors secrétaire général des Républicains, soutien malheureux de Nicolas Sarkozy rabattu sur la candidature Fillon, Darmanin fait feu de tout bois sur Macron dans une violente tribune publiée dans L’Opinion (25 janvier 2017) : « Le bobopopulisme de Monsieur Macron ». Et le petit-fils de tirailleur algérien dégaine : « Un populisme chic, avec un beau sourire, de beaux costumes, une belle histoire » qui se dit subversif alors qu’il est « le pur produit du système?: beaux quartiers, belles études, belle fortune, belles relations ». « Il promet tout, finance tout, rembourse tout » pour plaire, lui le candidat « de ceux qui réussissent et de ceux qui vont réussir ». Ce qui surprend au fond, c’est la parfaite lucidité du texte qui annonce pêle-mêle l’éclatement du paysage politique, l’instabilité institutionnelle et l’ère du mensonge généralisé. « Loin d’être le remède d’un pays malade, il sera au contraire son poison définitif ». Prophète Darmanin.

Lire aussi : Darmanin sur des épaules de néant

5 – Quand Darmanin était assimilationniste

Bras droit d’un président qui a célébré le port volontaire du voile comme un symbole féministe, Darmanin défendait jadis de toutes autres positions en la matière. En 2012, il prend la plume pour réclamer à la ministre des Sports Valérie Fourneyron « une position publique claire pour interdire le port du voile sur les terrains de football de notre pays ». La FIFA venait alors à l'unanimité d'autoriser le port du voile (ou hijab) pour les joueuses. Une mesure qui, selon lui, « porte gravement atteinte à la dignité de la femme mais également aux valeurs du sport en général ». Et de conclure : « Le risque est que cette mesure s'étende à tous les sports, professionnel comme amateur, et demain au sport à l'école ». Mais depuis, il a changé. [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest