Skip to content

Thierry Lentz : « L’irruption de la race dans le débat public est le fait de groupes minoritaires et subversifs »

Spécialiste du Consulat et de l’Empire, directeur de la Fondation Napoléon, Thierry Lentz met en cause l’inculture générale, la falsification de l’histoire et l’imposture des mouvements décoloniaux qui agissent sur le mode de la terreur, en évinçant toute référence aux faits et à la complexité de l’histoire.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© Romée de Saint Céran / montage Louis Lecomte pour L'Incorrect

On a assisté à de nombreux déboulonnages de statues sur fond de tensions raciales. Or, dans la tradition française, la race n’a pas sa place en politique. Pensez-vous que le mouvement Black lives matter importé des États-Unis risque de remettre en cause l’universalisme républicain chez nous ? N’est-il pas paradoxal d’introduire le critère de la race dans le champ politique quand on proclame par ailleurs que les races n’existent pas ?

C’est justement pour proclamer sans équivoque qu’elle ne doit en aucun cas intervenir dans les rapports sociaux au sens large que la notion de race subsiste juridiquement en France, à l’article premier de la constitution : « La République […] assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion ». Et comme le droit ne s’applique pas de lui-même, même s’il doit être le seul guide de l’action de l’État et des particuliers, des efforts doivent être consentis pour que le principe connaisse sa pleine et constante application. On ne peut pas dire que ces efforts ne sont pas faits, même si, en ce bas monde, rien n’est jamais parfait et tout reste toujours, sinon à recommencer, au moins à entretenir et à perfectionner. En ce sens, je ne crois pas que l’importation chez nous de mouvements américains, qui répondent à des questions et une histoire spécifiques aux États-Unis, soit de nature à identifier les problèmes propres à la société française et encore moins à les résoudre. [...]

La suite est réservée aux abonnées. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest

Share This