Skip to content

Transsexuels dans le sport : quand les fédérations féminines musclent leur jeu

De plus en plus fréquemment, les transsexuels apparaissent dans des compétitions féminines et raflent les prix. Une pratique qui bafoue l’équité sportive, et qui exaspère une partie des féministes.

Partage

© Lia Thomas / Capture d'écran YouTube

Au fil des années, la communauté LGBT+ devient de plus en plus visible et revendicative. Le sport n’y a pas échappé, au point qu’un phénomène ne cesse de susciter la polémique : l’inclusion des transsexuels dans les compétitions féminines.

Lia Thomas, nageur transsexuel de 22 ans, est le dernier en date à avoir fait beaucoup de bruit en surclassant ses concurrentes de 38 secondes sur le 1500 mètres. Ce nouveau record pulvérisé dans la catégorie féminine pose la question de la légitimité des transsexuels dans le sport féminin.

Lire aussi : Les comics wokes : anatomie d’un flop

Une affaire de testostérone

Car cette inclusion de sportifs au physique d’homme dans les compétitions féminines pose la question du dimorphisme sexuel. Le dimorphisme désigne l’ensemble des différences entre mâle et femelle d’une même espèce. Dans le cadre du sport, celles-ci ont évidemment un poids prépondérant. En effet, les hommes produisent beaucoup plus de testostérones : en moyenne, la concentration sanguine de testostérone est de 8,2–34,6 nmol/L pour un homme, contre 0,3–3,0 nmol/L pour une femme. Cette différence a évidemment de grandes conséquences, puisque la testostérone est le principal facteur des transformations physique qui accentuent encore les différences entre hommes et femmes à la puberté. [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest