Skip to content

Emmanuel Macron joue son « YouTube analytica »

Le concours d'anecdotes d'Emmanuel Macron avec les YouTubers McFly et Carlito, aussi burlesque soit-il, s'inspire des stratégies de communication les plus modernes, révélées par le scandale « Cambridge Analytica ». Une stratégie agressive qui a fait ses preuves.

Partage

© Capture d'écran YouTube

Il peut nous paraître difficile de comprendre la raison, à un an de l’élection présidentielle, qui a poussé Emmanuel Macron à se lancer sur YouTube dans une palinodie tenant du festival de la mauvaise blague, plutôt que de tenir son rang de chef d’État. Il nous promettait un quinquennat digne de l’Olympe. Le voici encadré de McFly et Carlito, youtubeurs professionnels, s’adonnant à un exercice de communication en apparence totalement ridicule, voire contreproductif. Qui peut avoir envie d’un président succombant à de telles pantalonnades sur les réseaux sociaux ? A priori, certainement pas les électeurs sérieux, et encore moins les plus âgés, ni les quadras surdiplômés. Or ce sont ces catégories qui forment jusqu’à maintenant un socle de soutien essentiel au candidat Macron. Cet interlude digital ressemble donc, en apparence, à une erreur. Mais les choses s’avèrent en réalité beaucoup plus complexe à analyser.

Rappelons-nous du scandale « Cambridge Analytica ». Une société de conseil en communication politique met au point des méthodes de campagnes extrêmement agressives, en recyclant les outils les plus efficaces du marketing comportemental. Sociologues, psychologues, publicitaires, spécialistes du langage et activistes se regroupent pour développer une propagande terriblement efficace, utilisant de manière croisée toutes les ressources de l’intelligence artificielle, du profilage mental, du big data, du web et des réseaux sociaux, dont particulièrement Facebook. En quelques années, ils œuvrent à la victoire de Trump, appuient de leurs techniques Bolsonaro, aident les partisans du Brexit, avec à chaque fois des résultats stupéfiants. À grands coups de faux jeux en ligne, de pillages de données personnelles, de tweets ciblés, de diffusions de fake news, ils participent au renversement, à la stupeur générale, du cours d’élections apparemment perdues d’avance. Leur force première : avoir su utiliser des canaux de communications non politiques et la diffusion de messages non politiques pour mobiliser cette partie de l’opinion publique qui, écœurée des politiciens, ne votait plus.

Lire aussi : GAFAM et Silicon Valley : les nouveaux faiseurs de rois

À chacun sa colère, à chacun son tweet et qu’importe si le tout est incohérent. La communication est ciblée, parcellisée, fragmentée. Elle fonctionne en silos, chacun pris isolément dans son monde clôturé, sans regard pour celui d’à côté. Surtout, le contenu diffusé ne doit pas relever du langage ni des codes du politique. Il faut émouvoir, faire rire, pleurer, apparaître sympathique, créer de l’empathie, occuper le terrain et l’esprit. Le bulletin de vote viendra tout seul. Dans cette logique, il est tout aussi important d’attirer le sympathisant que de dégoûter l’opposant, de le transformer en un antisystème radical pour qu’il s’abstienne plutôt que de voter pour d’autres.

La société Cambridge Analytica est aujourd’hui dissoute, ses dirigeants ostracisés, certains mêmes poursuivis devant les tribunaux. Mais la révolution des instruments de marketing électoral qu’elle a lancée a marqué en profondeur la communication politique. Ses méthodes, adoucies, acidulées, aseptisées, sont désormais enracinées partout. En 2017, le candidat Macron mena une campagne tonitruante en utilisant, à la mode centriste, ces techniques ultra sophistiquées venues d’outre-Atlantique. [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Aidez L’Incorrect, faites un don et défiscalisez !

En passant par notre partenaire Credofunding, vous pouvez obtenir une réduction d’impôts de 66% du montant de votre don.

Choisissez le don en ligne en réglant par carte bancaire ou par virement avec le lien ci-dessous ou par chèque, à l’ordre de Fonds de Dotation CredoFunding, à l’adresse suivante :

Fonds de Dotation CredoFunding – L’Incorrect
41 rue Laure Diebold
69 009 LYON

Pin It on Pinterest