Skip to content

Instruction en famille : quand Macron plagie Viktor Orbán !

« En France, les libertés sont réduites pour faire face à l’épidémie, oui, mais sur les autres sujets, je ne peux pas laisser dire cela. La France n’est pas un État autoritaire. On n’est pas la Hongrie ou la Turquie ! » Ainsi s’exprimait le président de la République française le 4 décembre 2020 pour répondre à des lecteurs de Brut s’inquiétant de « dérives liberticides ».

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© capture d'écran YouTube

De fait, on présente rarement Viktor Orbán et Emmanuel Macron en bons amis ou compères. L’un fait de l’autre un épouvantail, un repoussoir et vice-versa. Pourtant, s’il y a bien un terrain où ils semblent devoir se réconcilier, et où l’Élysée se montre objectivement liberticide, c’est celui de l’enseignement : le gouvernement français est tout simplement en train de concrétiser pour septembre 2021 ce que son homologue hongrois a réalisé à l’été 2019.

En octobre 2020, Emmanuel Macron a surpris tout son monde en faisant part de son intention de mettre fin à l’instruction en famille – ou « école à la maison » – au détour d’un discours sur le « séparatisme islamique ». Logiquement, les honnêtes gens ont eu du mal à trouver un rapport entre les deux. Leur surprise sera plus grande encore en apprenant que le régime d’autorisation préalable prévu en France a été instauré en Hongrie un an plus tôt, sous la houlette de Viktor Orbán. En vigueur depuis la rentrée de septembre 2019, cette réforme hongroise soumet l’instruction en famille à une très stricte et limitée autorisation préalable, ce qui vaut aussi bien pour les nationaux que pour les étrangers résidant en Hongrie. [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest