Skip to content

L’islam des champs

Bien loin d'être cantonné aux villes et à leurs banlieues, l'islam s'étend dans nos campagnes, bien aidé par les logements sociaux et les prix attractifs de l'immobilier. À travers l'ouverture de mosquées et de commerces halal, la civilisation islamique gagne du terrain.

Partage

© Romée de Saint Céran pour L'Incorrect

Un maire communiste m’a un jour confié : « Vous savez, la République assimilera l’islam comme elle a assimilé le catholicisme ». Je suis certain de sa bonne foi militante. Cependant, elle procède d’une cécité historique et sociologique. Cécité historique, car comment comparer la République de Georges Clemenceau et Charles Péguy, démocratie religieuse armée de l’Instruction publique et l’ersatz de social-démocratie armée de bons sentiments qui nous gouverne aujourd’hui ? Comment comparer une religion qui a inventé la laïcité et religion confondant le temporel et le spirituel ? L’islam que je découvrais il y a trente ans grâce à la sympathique visite organisée à la Grande mosquée de Paris par mon école catholique, je le retrouve aujourd’hui au pied des cages d’escalier de ma petite ville bretonne vieillissante.

Au-delà de l’aspect religieux, la société islamique avance à ciel ouvert au gré des ouvertures de commerces halal

L’islam est une force qui va, et il est tellement heureux comme Dieu en France qu’il a pris la clef des champs. Dans certains départements aussi ruraux que le Cher ou l’Orne, les barbus surgissent derrière les vaches et les vendeurs de kebabs remplacent les bars du marché. Au-delà de la difficulté pour les pouvoirs publics de contrôler l’idéologie des mosquées, nous souhaitons faire réfléchir nos lecteurs sur l’extension capillaire sur tout le territoire d’une religion aussi polymorphe dans ses rites, son organisation et son clergé. Au-delà de l’aspect religieux, la société islamique avance à ciel ouvert au gré des ouvertures de commerces halal.

Cette avancée, qui profite des logements sociaux mais aussi des faibles prix de l’immobilier dans certaines zones périphériques, pose des problèmes politiques. En effet, elle complique la tâche du renseignement intérieur, offrant des relais naturels très divers aux réseaux terroristes et à la délinquance. Elle sanctuarise la mainmise de la gauche sur certaines villes moyennes en leur offrant un réservoir de voix. Elle ne se caractérise pas par une assimilation de ces musulmans à la culture française mais au contraire diffuse le venin communautariste au cœur de nos petites patries. Ces éléments qui constituent probablement les nouvelles pièces du puzzle de drames à venir ne seraient pas en notre possession s’ils n’étaient rendus possibles par une immigration incontrôlée. La cécité de certains maires ne rêvant que de « vivre ensemble » confine à l’absurde, je vous l’accorde. Mais

Lire aussi : Islam et homophobie dans les banlieues, la belle affaire

c’est bien le sommet de l’État qui est responsable en ne s’attaquant pas au problème. À croire que les « catholiques zombies », selon les mots d’Emmanuel Todd, qui vont revoter pour Emmanuel Macron dans les régions que nous étudions au fil des pages suivantes, sont en mal d’exotisme pour réclamer plus de migrants. Ce ne sera pas faute de les avoir prévenus.

Partage

En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest