Skip to content

Sélectron : les top et flop séries 2020

L’année 2020 fut placée sous le signe des séries télévisées, théâtres et cinémas ayant été fermés la majorité du temps. Entre les nouveautés, les nouvelles saisons attendues de longue date, le lancement de Disney + ou bien encore l’annonce de la création d’une plateforme par HBO, l’année fut riche. Voici nos tops et nos flops !

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© Gianni Fiorito / Wildside / Italia Sky / Haut et Court TV / Media Produccion

Les tops :

Les nouvelles saisons réussies !

Attendues, ces cinq nouvelles saisons n’ont pas déçu.

Engrenages (huitième saison, disponible sur Canal +)

On commence par la huitième saison du chef d’œuvre. Si vous ne l’avez pas encore vu, la prolongation du couvre-feu vous donnera cette chance ? Chef d’œuvre de réalisme ayant abordé des sujets aussi variés que la traite des femmes, le grand banditisme des banlieues, les tueurs en série, le terrorisme d’extrême gauche, la corruption politique ou l’inceste, Engrenages est une série culte qui montre le fonctionnement de la machine judiciaire en s’attardant sur un groupe d’enquêteurs de la DPJ, des avocats à la limite de la légalité et un juge d’instruction aussi brillant que convaincu. Portée par la sublime Audrey Fleurot, dans le rôle ambigu de maître Karlsson, l’arrêt d’Engrenages en septembre laisse un vide qui sera difficile à combler dans la production télévisuelle française. La huitième saison s’achève en drame shakespearien.

The Boys Saison 2 (entièrement disponible sur Amazon Prime)

De retour dans une deuxième saison, les affreux héros de The Boys sont toujours aussi transgressifs, méchants et fous. Série adaptée d’un comic-book britannique de Garth Ennis et Derrick Robertson, The Boys met à mal le mythe du super-héros. À la fameuse doctrine écrite par Stan Lee pour Spiderman voulant que « de grands pouvoirs impliquent de grandes responsabilités », les créateurs de The Boys répondent que l’être humain est si vicié qu’il ne pourrait faire qu’un mauvais usage de pouvoirs dépassant les limites physiques humaines. Mentions spéciales à Antony Starr (Le Protecteur) et Tomer Kapon (Serge le Français). [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest