Skip to content

Léo Taxil, Prince de la galéjade

Qualifié par l’immense Léon Bloy de « raclure de dépotoir au nom de poudre à lessive », Gabriel Antoine Jogand-Pagès, plus connu sous le pseudonyme de Léo Taxil, fut sans doute l’un des plus grands génies de la mystification.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© DR

Né à Marseille en 1854, il commence sa carrière en écrivant dans des publications anticléricales et fait un bref passage au Grand Orient avant d’en être exclu. Après une conversion au catholicisme savamment orchestrée, il se lance à partir de 1885 dans une série de révélations scabreuses sur un prétendu culte luciférien au sein des « frères trois points ». Pour être plus crédible, il s’appuie sur les témoignages de personnages imaginaires comme la prêtresse luciférienne américaine Diana Vaughan.

Lire aussi : Islamo-complotisme : « Juifs et Francs-maçons pour l’avènement de l’Antéchrist »[...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest