Skip to content

Rendez-vous en terre inconnue : les pantins de Babel

La très cosmopolite émission de France 2 s’est rendue dans un petit village de Madagascar pour tirer la larme à l’occidental châtré. On appelle ça du post-colonialisme. Décryptage.

Partage

© France 2

Ce coup-ci, la prod n’y a pas été par quatre chemins. En général l’émission Rendez-vous en terre inconnue, produite par l’ultra-normcore Frédéric Lopez, se taille une belle part d’audience et choisit plutôt des destinations exotiques, du genre à faire rêver les ménagères et leurs morveux calfeutrés dans leur gourbis à Bois-Colombes. Cette fois-ci on a fait dans l’austère, le minimaliste. La destination ? Une bande de terre boueuse quelque part au large de Madagascar. Le sympathique peuple autochtone ? Une poignée de pêcheurs miséreux même pas typiques – ils ont des casquettes et ils fument des roulées. Qu’est-ce qui se passe, France 2 ? Une coupe sombre dans le budget ? L’envie de punir ce brave Oli, rappeur pour enfants connu pour son duo avec son frère « Big Flo » – une espèce rare de salicoque qui refusera par ailleurs de suivre son frangin dans l’aventure ? À moins que le globe soit définitivement tari niveau peuples encore intouchés par la peste cathodique ?

Lire aussi : Poètes, vos pixels !

Il faut croire que Koh-Lanta a déjà tout défriché, il faut croire que les bulldozers de la télé-réalité à vocation exotique ont déjà moissonné tous les horizons, retourné tous les villages, épuisé le pittoresque, distribué des échantillons d’Eau sauvage à tous les Papous du globe. Il ne restera donc à Oli et à l’âme damnée de France 2 – un certain « Raphaël de Casabianca » (sic) qui est une sorte de décalcomanie de Frédéric Lopez, peut-être encore plus normcore – que ce village au bord du Rien, perdu dans une des régions les plus pauvres du monde. Et même pas un lémurien à l’horizon pour faire rire les zenfants. Non, on devra se contenter du strict minimum. Mais désormais on connaît la chanson, l’émission est réglée comme du papier à musique, c’est le grand huit de la mièvrerie « tous frères sur cette belle planète » qui commence. [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest