Skip to content

Le nouveau monde LGBT (2/3) : les dangers de l’idéologie transgenre

Un rapport de la docteur Joanna Williams est sans appel : l’idéologie transgenre a un impact corrosif sur la société et une influence négative sur le bien-être des enfants. Deuxième article d’une série de trois.

Partage

© DR

L’idéologie extravagante des LGBT, dont l’apparente toute puissance n’est due qu’à la pusillanimité d’une société déchristianisée qui a perdu ses repères historiques, a un réel impact physiologique. L’intégration de l’idéologie transgenre a un « impact corrosif » sur la société et une influence négative sur le bien-être des enfants, révèle le quotidien conservateur britannique The Daily Telegraph du 30 juin, selon une étude du think tank Civitas basé à Londres et concernant la société britannique.

Le docteur Joanna Williams écrit dans son rapport intitulé « The Corrosive Impact of Ideology » que le transgendérisme a quitté son « créneau » spécifique pour devenir une question politique centrale au cours des deux dernières décennies, et comme dans beaucoup d’autres sujets, c’est la marge qui remplace la page. « Les personnes occupant des postes de pouvoir dans les domaines des médias, de l’éducation, du milieu universitaire, de la police, du travail social, de la médecine, du droit et des autorités locales et nationales sont prêtes à se regrouper derrière les demandes d’une minuscule communauté transgenre », précise l’ancienne directrice du « Center for the Study of Higher Education » de l’Université de Kent. Cela souvent au détriment des droits des femmes et de la protection de l’enfance.

Lire aussi : Le nouveau monde LGBT (1/3) : une révolution anthropologique au service du globalisme

Le rapport demande au gouvernement britannique d’interdire la prescription de bloqueurs de puberté pour les enfants de moins de 18 ans, l’étude des revendications transgenres qui contredisent les réalités biologiques, et de ne plus permettre aux élèves de faire une « transition sociale » à l’école (être reconnu sous un autre genre) sans la permission des parents. L’étude note en outre que l’omniprésence du transgendérisme a entraîné une augmentation significative du nombre d’enfants « qui éprouvent des difficultés dans le développement de leur identité de genre », si l’on en croit Tavistock, la clinique nationale britannique spécialisée dans le traitement des enfants. [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest