Skip to content

Procès Valeurs actuelles : la comédie antiraciste

Nous avons assisté aux débats et aux plaidoiries du procès de Valeurs Actuelles dans l’affaire Obono. Des déclarations ridicules des parties civiles aux plaidoiries les plus outrancières et racistes (devinez de quel côté de la barre ?), nous vous offrons un émétique résumé.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© Valeurs Actuelles

Mercredi 23 juin se tenait à la XVIIe chambre du tribunal judiciaire de Paris le procès de Valeurs Actuelles intenté par la députée Danièle Obono et d’autres parties civiles : la Ligue des droits de l’homme, SOS Racisme, la Maison des potes, le MRAP, Mémoires et Partages, et bien sûr La France Insoumise. Parmi toutes les insanités et stupidités déblatérées durant ce procès, c’est probablement Danièle Obono qui a fait preuve le plus de retenue lors de sa prise de parole au moment des débats.

Après avoir expliqué à quel point la Une et l’article l’avaient blessée, la députée a expliqué qu’il s’agissait d’une « agression » et d’une « violence » à son encontre. Elle a reproché à ses « agresseurs » de l’avoir ramenée à « moins qu’un être humain, un animal », et de lui avoir imputé des propos et positions qui n’étaient pas les siens : « On m’attribue des idées, des positionnements racialistes indigénistes, alors que ce n’est pas un sujet sur lequel je me suis positionnée. […] C’est un artifice utilisé pour me ramener à une condition animale. C’est une manière de faire pire, car un esclave c’est encore moins qu’un animal. […] Ces gens ont annihilé la dimension politique de ma personne ». La seule personne qui explique qu’un esclave est moins qu’un animal, c’est Madame Obono, mais passons.

Le point central de sa prise de parole était de dire que ses « agresseurs » la ramenaient sans cesse à sa couleur de peau. Sur quoi maître Basile Ader, avocat de la défense, l’a interpellée, lui rappelant des propos qu’elle avait tenus à l’encontre de Jean Castex sur Twitter : « Profil : homme blanc de droite bien techno & gros cumulard ». L’avocat n’a pas non plus manqué de lui rappeler ses accointances avec le Parti des Indigènes de la République et notamment Houria Bouteldja (connue pour son antisémitisme notoire) et enfin ses propos sur les attentats de Charlie et les frères Kouachi. Notamment ces mots publiés sur son blog le 11 janvier 2015 : « Je n’ai pas pleuré Charlie. […] J’ai pleuré toutes les fois où des camarades ont défendu mordicus les caricatures racistes de Charlie Hebdo ou les propos de Caroline Fourest au nom de la “liberté d’expression” (des blanc.he.s/dominant.e.s) ou de la laïcité “à la française”. Mais se sont opportunément tu.e.s quand l’État s’est attaqué à Dieudonné, voire ont appelé et soutenu sa censure… ». Notons que madame Obono a souhaité la candidature d’Assa Traoré sur une liste de Seine-Saint-Denis et participé aux manifestations « contre les violences policières » en soutien à Black Lives Matter.

La « ramener à son africanité » n’a donc rien d’infamant, à moins de considérer l’Afrique comme une infamie, ce qui semblait être le cas de tous les antiracistes bien-pensants donneurs de leçons de ce procès

C’est bien pour son obsession vis-à-vis de la race, et ses accusations constantes contre les blancs et la France qu’elle avait été choisie pour cette fiction par Valeurs Actuelles, comme l’a rappelé maître Ader. Les avocats des parties civiles n’ont cessé de répéter que ramener une femme à son « africanité » était odieusement raciste. Madame est née au Gabon et n’a obtenu la nationalité française qu’en 2011, la « ramener à son africanité » n’a donc rien d’infamant, à moins de considérer l’Afrique comme une infamie, ce qui semblait être le cas de tous les antiracistes bien-pensants donneurs de leçons de ce procès.

Dominique Sopo, président de SOS Racisme, a expliqué que le texte de VA était raciste puisque « le seul critère laudatif sur Danièle Obono, était sa robustesse pour transporter l’eau et le mil ». De même pour le fait qu’elle soit décrite comme « laide, bête, petite et ramassée ». On ignorait que tous les Africains étaient « robustes, laids, bêtes, petits et ramassés ». Dominique Sopo ajoute l’accusation d’un « retournement du stigmate » : « Dire “c’est vous qui y voyez du racisme, car vous êtes raciste”, c’est une injure multiraciste ! » Vous avez mal à la tête ? Nous aussi.

Mention spéciale au président de Mémoires et Partages, qui s’est mis à hurler : « Nous savons la spécificité de la traite par les blancs : la racialisation ! Ça n’existe pas entre Africains, ni avec les Arabes ! » Qu’il aille expliquer ça aux esclaves bien actuels torturés en Libye et dans les pays du Golfe, ou même aux noirs régulièrement agressés et traités de « nègres » par des maghrébins ici en France.

Lire aussi : L’affaire Obono-Valeurs Actuelles

La juge a eu beau demander aux parties civiles de plaider de manière synthétique, afin de permettre à la défense de s’exprimer à une heure décente, elles avaient apparemment décidé d’adopter une stratégie de submersion. À tel point qu’au bout de trois plaidoiries sur six, la juge a menacé de passer directement la parole à la défense. [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest