Skip to content

Enquête : La DILCRAH, ou comment lutter contre la haine se transforme en propagande LGBT

Frédéric Potier a quitté son poste de délégué interministériel contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT (DILCRAH) pour rejoindre la RATP. C'est l'occasion idéale pour se pencher en profondeur sur les financements et l'action de cet organisme qui, à partir de la lutte contre les haines, est devenu un office de propagande LGBT+.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© DR

L’énarque et préfet Frédéric Potier met les voiles, après quatre ans de bons et loyaux services à la tête de la DILCRAH. Dans une interview donnée, au journal Le Monde, il s’est félicité de l’action de ses services auprès du gouvernement : « Le jour des funérailles de George Floyd, nous avons, à la Dilcrah, observé huit minutes et quarante-six secondes de silence J’ai proposé à tout le gouvernement de faire de même. Certains l’ont fait, d’autres pas. J’avais aussi proposé que l’on mette le drapeau français en berne. Cela n’a pas été retenu. Mais d’autres propositions aboutissent, comme le plan de lutte contre la haine anti-LGBT. » Faisant sien le terme de « violence policière » et appelant à supprimer les contrôles d'identité, il s’est inquiété de la montée de l’extrême-droite en France : « Le mouvement des suprémacistes blancs n’est pas un phénomène exclusivement américain. De nombreux groupes sont très actifs ici aussi. Pour eux, tout ce qui est musulman n’est pas Français. »

Qu’est-ce que la DILCRAH, organisme dont il était à la tête ? Un machin créé en février 2012 par Nicolas Sarkozy puis rattaché au Premier ministre en 2014 sous François Hollande. La délégation a pris du poids en 2016, avec des missions élargies. Sur le papier, elle lutte contre la pédophilie et la corruption de mineurs sur Internet, qui doit à elle seule compter des millions de cas. Bravo. Si l’on regarde les communiqués de presse de la délégation depuis 2016, pas un seul n’en parle. Dans son rapport annuel 2019, elle précise le nombre des actes antichrétiens (992), antisémites (151) ou antimusulmans (63). De leur côté, les LGBT ont souffert de 523 passages à l’acte. Enfin, 165 actions racistes ont été enregistrées. Conclusion, l’antichristianisme représente à lui seul plus de la moitié du total. Mais la DILCRAH s’en tape et ne se préoccupe que des autres. Ses communiqués en témoignent. [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest