Skip to content

Enquête : une campagne anti-discrimination par un publicitaire qui discrimine

L'agence publicitaire Babel s’est récemment illustrée avec une campagne anti-discrimination qui coche toutes les cases de la bien-pensance et de la lutte contre la haine. Pourtant, son président-fondateur Laurent Habib, empêtré dans des affaires de harcèlement, est loin de donner l'exemple. Enquête.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© Campagne publicitaire de l'agence Babel

Vous avez sans doute aperçu les nouvelles affiches du gouvernement : « Face à l’intolérance, à nous de faire la différence ». Elles sont signées de l’agence publicitaire Babel, une référence à Paris. L’agence a été fondée en 2012 par Laurent Habib, professeur de droit devenu ponte de la communication parisienne, passé chez Jacques Séguéla et Havas – l’une des plus grandes agences de communication du monde dont il fut directeur général en France. En 2006, il conseillait par exemple Dominique Strauss-Kahn. Après quelques années, il a fondé sa propre boutique grâce à quelques gros clients d’Havas qui l’ont suivi. Et le succès a été au rendez-vous. Il est devenu en 2017 président de l'Association des agences-conseils en communication (AACC) qui regroupe deux cents entreprises. En mai 2018, le président fondateur de l'agence de publicité Babel a été élu membre du Conseil exécutif du Medef, pour un mandat de trois ans. Il peut y rencontrer plus facilement ses clients. La même année, il affichait un chiffre d’affaires de 26 960 051 €. Coquette somme.

Le président de Babel s’est défendu en évoquant son côté « latin, complimenteur et parfois bonimenteur », et en reconnaissant des « lourdeurs »

Le 19 novembre 2019, après une compétition acharnée qui a duré neuf mois, son agence a exulté. Elle venait de remporter un appel d’offres de l’agence Santé publique France. Un jackpot à plusieurs millions annuels pendant quatre ans pour du « conseil et communication » sur les sujets de santé sexuelle. Le programme était précis. Il comprenait principalement deux domaines. Babel était prié de conseiller l’agence publique pour ses missions pérennes de prévention et de promotion de la santé dans le champ des risques infectieux et environnementaux (vaccination, antibiorésistance, etc). Les publicitaires devaient également apporter du conseil pour la gestion de situations urgentes ou exceptionnelles ayant des conséquences sanitaires collectives. Enfin, Babel devait agir en matière de formation à l’éducation pour la santé : canicule, accidents et autres événements extrêmes. [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest