Skip to content

Expatriés : La fuite des cerveaux

Début novembre, Stéphane Bancel et son accent français font le tour des médias internationaux : le PDG de la société américaine de biotechnologie Moderna annonce que ses équipes ont élaboré un vaccin efficace contre le coronavirus. Cette course sanitaire, véritable olympiade où les grands pays du monde ont pu se mesurer, vient de faire la démonstration, entre autres, de l’incapacité française à conserver ses talents.

Partage

© Louis Lecomte pour l'Incorrect

À l’instar des pays du tiers-monde, victimes depuis les années 1950 des facilités du monde globalisé et de l’attrait opéré par les pays développés, la France subit une fuite de ses cerveaux : nombre de ses enfants talentueux se laissent attirer par l’ailleurs, considérant que les conditions y sont plus favorables pour mener leur vie.

Selon les estimations au 1er janvier 2020, près de 2,5 millions Français vivent à l’étranger, une population qui croît chaque année de 3 à 4 % ces vingt dernières années, soit environ 100 000 personnes par an. La majorité des expatriés s’exportent dans les pays de l’OCDE : par ordre de préférence, ce sont la Suisse (190 000), les États-Unis, le Royaume-Uni, la Belgique, l’Allemagne et le Canada (100 000) qui sont les destinations privilégiées. [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest