Skip to content

Gladden Pappin : « Délégitimer Trump et ses partisans a fait naître un ressentiment très profond »

Gladden Pappin est professeur de politique à l'Université de Dallas, rédacteur en chef adjoint des Affaires américaines, chercheur et conseiller principal du Center for Ethics and Culture de l'Université de Notre Dame. Selon lui, les évènements de mercredi dernier reflètent des conservateurs remontés, un régime fragile et un pouvoir médiatique de plus en plus important.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© DR

Pouvez-vous nous résumer ce qui s'est passé mercredi soir à Washington ?

Il y a eu deux évènements importants ces derniers jours dans la vie politique américaine. Mardi 5 janvier se tenait le second tour des élections en Géorgie, qui ont vu les Démocrates gagner le siège dont ils avaient besoin pour contrôler le Sénat. Cela a accru la tension avec les partisans de Donald Trump, lesquels se sont réunis à Washington. Le lendemain 6, le Congrès devait ouvrir les bulletins de vote de chacun des cinquante États, et c’est alors que les événements que tout le monde a vu se sont produits. La sécurité au Capitole des États-Unis ne s'attendait pas à une foule agressive : dans l'ensemble, les partisans de Trump sont des partisans de l'ordre et manifestent pacifiquement. Cependant, certains dans la foule ont souhaité faire un plus grand spectacle.

Ils ont rapidement submergé le périmètre du Capitole, et la police ne savait pas comment répondre. Ce qui était en train de se dérouler n’était pas clair, et les membres des forces de l’ordre pouvaient tout à fait supposer que c’était un mouvement violent, raison pour laquelle il y a eu des coups de feu tirés. Mais ensuite, il est devenu clair que ça n’était pas le cas, lorsque des personnes déguisées sont entrées dans l’hémicycle du Sénat pour prendre des photos. Le résultat, c’est une scène terrible pour la politique américaine, et très étrange. Plutôt qu’une insurrection violente ou une émeute, c’était comme un spectacle pour réseaux sociaux, avec ces gens qui traversaient la Chambre du Congrès et se prenaient en photos. C’était à la fois un acte terrifiant et un divertissement pour les réseaux sociaux. [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest