Skip to content

L’Alvarium perquisitionné : l’État tape sur la droite identitaire

Le local de l’Alvarium a été perquisitionné pour un « vol de drapeaux » effectué par certains de ses militants il y a près de six mois. Preuve s’il en fallait d'autres que le ministère de l’Intérieur redouble de zèle contre la droite identitaire.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© Telegram Alvarium

Pour ceux qui ne connaissent pas l’Alvarium, ce centre communautaire d’actions sociales et culturelles angevin se définit sur son site comme une « communauté et un lieu de réunion convivial et militant ». Cette association résolument identitaire promeut la « défense du patrimoine et redécouverte de la culture locale, française et européenne, distributions hebdomadaires de vêtements et de nourriture, organisation de conférences, activités sportives, initiatives communautaires (potager, bons plans, emplois), activisme politique pour l’éveil des consciences, pèlerinages enracinés, etc ».

Après s’en être pris aux associations islamistes il y a quelques mois, Gérald Darmanin veut montrer patte blanche à la gauche et tape du poing sur la droite identitaire, établissant par là un parallèle des plus scandaleux entre les deux

Depuis quelques jours, l’association fait parler d’elle. Mercredi 2 juin, des policiers débarquent au local au motif que des militants ont volé des drapeaux français et européens il y a de cela six mois dans des mairies ou gendarmeries. Sept jeunes hommes subissent le même sort à leur domicile et sont placés en garde à vue. Dans un contexte d’offensive générale contre les mouvements identitaires, cela n’a rien d’une surprise : après s’en être pris aux associations islamistes il y a quelques mois, Gérald Darmanin veut montrer patte blanche à la gauche et tape sur poing sur la droite identitaire, établissant par là un parallèle des plus scandaleux entre les deux. Pourtant, le local a été plusieurs fois attaqué par les antifas. Tags, menaces d’incendie, tentatives de cambriolage : le groupe a été obligé de mettre en place des gardes, de quoi faire perdre aux jeunes militants quelques heures de sommeil. Ses membres ont notamment dû se défendre contre des antifascistes venus attaquer le local pendant une garde. [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest