Skip to content

Anissa B. : Ministre de nos intérieurs

Anissa B. est architecte d’intérieur, designer et peintre. L’Atelier Dinanderie, son cabinet de création et conseil, n’a jamais autant été sollicité, maintenant que chacun est calfeutré. L’enjeu a été de se réinventer face à une situation inédite.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© Benjamin de Diesbach pour L’Incorrect

Repenser totalement l’organisation de son entreprise, devoir faire confiance à des professionnels inconnus, se constituer un réseau plus local. Rouennaise d’origine, parisienne de cœur, elle exerce en Normandie, Paris et Île-de-France depuis une décennie. Sa première émotion artistique a été la Piéta de Michel-Ange : « J’ai ressenti à quel point Michel-Ange y a retranscrit la piété et la puissance de la foi universelle ! Je n’avais aucune connaissance digne de ce nom en art. Ce fut un déclic ».

C’est ce goût de l’art qu’elle ins­tille intra-muros, en invitant le sacré dans nos intérieurs afin de transcender le quotidien. Cette recherche du sacré s’oppose à l’utili­taire. Pour cette raison, l’intervention d’une œuvre picturale a beaucoup de sens au sein du lieu de vie. La première fois qu’elle réalise une fresque murale de façon impulsive, c’était sans l’aval de son client, prête à repeindre le mur en blanc au moindre sourcillement. Le proprié­taire a exprimé ce que d’autres éprouve­ront à leur tour : « Je ne me serais jamais autorisé à posséder une œuvre ! Hors de question de la faire dis­paraître ». Les gens pensent « déco » alors qu’inconsciem­ment ils veulent vivre l’expérience numineuse d’une relation affective au sacré. [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest