Skip to content

Néo-féminisme : l’ennemi des femmes

Puisque c’est la « journée de la femme », défendons-la vraiment et nommons ses ennemis véritables.

Partage

© Capture d'écran youtube

Si les hommes n’en peuvent plus de ces harpies des temps modernes que sont les néo-féministes, ils ne sont pas les seuls. En tant que femme, il devient impossible de s’exprimer librement sans se faire traiter de tous les noms par celles qui se sont arrogé le droit de parler au nom de toutes et dont les seuls carburants sont une colère stupide et une haine aveugle. Il suffit pour s’en rendre compte de voir comment les féministes ont traité Élisabeth Moreno, ministre de l’Égalité entre les femmes et les hommes, pour avoir osé défendre les blagues devant la machine à café et la complémentarité hommes-femmes… Cette mouvance extrémiste pourrit la vie des hommes, fracture la société, confisque la parole des femmes et de façon paradoxale les met en danger. 

Pour ces féministes 2.0, l’objectif n’est plus l’égalité des droits – déjà atteinte dans la plupart des pays occidentaux – mais l’égalité biologique. Et cette égalité factice passe par l’éradication du mâle, de la virilité soi-disant « toxique », bref par l’anéantissement du masculin. L’ennemi c’est l’homme, et plus précisément « l’homme blanc hétérosexuel cisgenre ». Le néo-féminisme, complètement phagocyté par le racialisme et l’intersectionnalité, considère que l’homme « racisé » (non-blanc), qu’il soit minoritaire ou non, est une victime intrinsèque. S’il frappe ou s’il viole, c’est parce qu’il « n’a pas les codes culturels » (affaire du réfugié bangladais acquitté en 2018 par la Cour d'assises de la Manche du viol d’une jeune fille de 15 ans), ou bien qu’il a été perverti par l’oppression blanche subie depuis sa naissance. D’ailleurs, les femmes victimes d’agressions se voient interdire par ces mêmes féministes de décrire leur agresseur si celui-ci est d’origine extra-européenne. Le néo-féminisme s’attaque donc exclusivement au « patriarcat blanc », car c’est lui qui « domine le système ».  [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest