Révélations – À peine 400 SDF français dans Paris : un travailleur social dit tout !

Anthonin a tout du personnage de roman noir, de l’anti-héros des chansons de François Hadji-Lazaro pour Pigalle. Grande-gueule, ce travailleur social a le visage buriné par la vie, par les coups durs. Apparemment confiant, il cache une sensibilité à fleur de peau que sa vocation à aider les plus démunis d’entre nous ne démentit pas. C’est parce que le problème des sans domiciles fixes le révolte qu’il a bien voulu répondre à nos questions anonymement. Ses positions surprenantes dérangeront probablement ceux qui ont des idées préconçues sur le sujet. Qu’importe, le mérite principal d’Anthonin est bien de ne pas verser dans le misérabilisme compassionnel qui fait le bonheur des fictions télévisuels et des chanteurs engagés. Lui, connaît la réalité de la rue pour l’avoir vécue dans sa chair d’homme et de travailleur. Si certaines de ses réponses pourront surprendre, voire choquer, elles montrent que ce sujet est très mal connu des Français. À l’heure où Julien Denormandie, le secrétaire d’Etat auprès du ministre à la Cohésion des territoires, fait polémique après avoir estimé le nombre de sans abris dans Paris à 50, nous avons voulu en savoir plus.

 

Commençons par le commencement : les notions. Qu’est ce qu’un « SDF » ? Qu’est ce qu’un routard ?

SDF veut dire Sans Domicile Fixe. C’est donc une appellation très floue que le gouvernement, les associations et certains mouvements utilisent pour culpabiliser les Français. 95% des migrants arrivant en France sont considérés comme des SDF alors qu’ils ont un logement (souvent une maison) au pays. D’ailleurs, ils y retournent en vacances « au bled », dès que l’Etat les régularise. Imaginez qu’il y a presque 100 millions de touristes qui viennent en France tous les ans. Sont-ils considérés comme des SDF ? Vous devez comprendre que ce terme a été créé pour ne pas stigmatiser les clochards et les sans abris de l’époque : des personnes marginalisées et coupées de la société. En général, les clochards se mettent en scène dans les centres des grandes villes afin de bénéficier de la bienveillance des citadins et des multiples services sociaux dédiés à la rue. Ils refusent généralement d’intégrer des centres d’hébergement qui, s’ils sont plus propres depuis peu de temps, leur imposent des règles qu’ils refusent et le partage de leur chambre (cela entraine souvent des cohabitations difficiles). Les routards, quant à eux, sont une espèce en voie de disparition. Ils taillaient la route et cherchaient des emplois saisonniers, ou la protection de l’église et de ses paroissiens. Quand ces derniers comprenaient que les routards ne faisaient pas vraiment d’efforts pour s’en sortir, les routards partaient pour recommencer leur numéro dans une autre ville. 

 

Pourriez-vous nous donner des éléments précis et chiffrés sur les SDF. Combien sont-ils réellement ? Souffrent-ils de maladies psychiatriques ? Bref, peut-on en dresser un portrait robot ?

Comme je l’ai dit précédemment, le terme SDF est un fourre-tout. De mon point de vue, il ne doit pas exister plus de 300/400 clochards sur Paris et peut être un millier pour le reste de la France. Le chiffre de 143.000 SDF (en 2012 selon l’INSEE), régulièrement avancé par les politiques et certains médias, n’a strictement aucun sens. Il est repris en chœur par les associations subventionnées, certains mouvements politiques, qu’ils soient nationalistes ou de gauche, lesquels cherchent généralement à « buzzer » sur le dos des clochards. Cette estimation a été faite en comptant les personnes hébergées dans des centres d’hébergement. Quand on sait que certains centres comptent de plus de 90% d’immigrés, et que la majorité d’entre eux sont propriétaires au pays, cela est ridicule. Cette estimation précise d’ailleurs qu’il n’y aurait pas plus de 15.000 personnes sans toit en France, et cela en tenant compte des camps de roms (la dernière estimation de roms dans les 570 bidonvilles en dénombrait 16.000 en 2016), des squats et des personnes logées chez des amis (beaucoup d’immigrés sont logés ainsi mais on une adresse administrative dans une association). Le secrétaire d’Etat à la cohésion des territoires (Julien Denormandie) a parlé de 50 sans abris sur Paris. Chiffre bien évidemment bas et qui, je pense, prépare les esprits à la « nuit de la solidarité » organisée par la mairie de Paris pour compter les clochards et sans abris. Là, le masque tombera et les gens découvriront qu’ils ont été bernés. D’autant plus que ce sera fait la nuit, donc sans les roms et les personnes originaires d’Europe de l’Est, qui mendient la journée et rentrent chez eux le soir.

Pour revenir à la question posée, les sans abris sont à 90% de nationalité étrangère, de plus en plus souvent issues d’Europe de l’Est, et ayant de gros problèmes d’alcoolisme. Je pense qu’il y a également 80/90% d’hommes isolés.  Officiellement, il y a 40% de femmes mais en général, ce sont des femmes arrivées légalement et qui veulent obtenir plus rapidement des papiers après l’expiration de leur titre de séjour grâce à la prise en charge sociale. Cela est dramatique pour les femmes victimes de violences ou qui perdent leur logement et pour lesquelles il n’y a plus de places. L’ironie de la situation est qu’il y a plus de places pour les femmes que de places pour les hommes dans Paris. En sus, des centres d’hébergement pour femmes avec enfants en bas âge sont régulièrement mis en chantier. Par rapport aux consommations de drogues ou aux problèmes d’alcool, c’est le même chiffre : 30% des personnes à la rue ont au moins une de ces caractéristiques. L’alcool concerne plutôt les Français et les gens de l’est, tandis que la psychiatrie touche le plus souvent des immigrés. D’ailleurs, de plus en plus de psychiatres se forment à l’interculturalité.

Comme je l’ai dit précédemment, le terme SDF est un fourre-tout. De mon point de vue, il ne doit pas exister plus de 300/400 clochards sur Paris et peut être un millier pour le reste de la France.

Cela nous ramène à la question des liens familiaux. En général, les SDF français sont marginalisés, n’entretiennent plus de liens familiaux. A contrario, les SDF immigrés ont d’énormes réseaux, étant souvent invités en dehors du centre. Ils ont généralement de la famille en Île-de-France. C’est pour cette raison que les associations ont contesté la fin des 75% de la réduction du « pass navigo » pour les « sans papiers », ou plus précisément les immigrés illégaux ! Effectivement, migrants et clandestins en ont besoin pour se promener et aller voir leurs amis et leurs familles. Du reste, le montant de cette réduction est l’équivalent du ministère à l’Egalité.  Entre 20 et 30% des personnes hébergées ont un emploi. Les personnes sans abris ayant un emploi restent relativement rares heureusement. Quand une personne sans emploi et sans logement est médiatisée dans un journal, en général, elle se voit proposer plusieurs solutions par des gens plein de bonne volonté. Il faut le savoir : les Français forment le peuple le plus généreux au monde. Il existe d’ailleurs le 115 du particulier sur Facebook qui met en lien les donateurs et bénévoles avec les gens dans le besoin.

 

Vous êtes un spécialiste de la réinsertion. N’est-ce pas souvent une mission impossible ?

La réinsertion professionnelle est un domaine compliqué car les anciens clochards ont souvent des problèmes d’alcool et des difficultés avec le monde du travail (échecs passés, mauvaise santé limitant une reprise nette etc). Pour eux, il existait des chantiers d’insertion de type Emmaus avec ses recycleries, mais celles-ci organisent des cessions de recrutement réservées aux migrants. Emmaus a une boutique dans le 20ème arrondissement dont 50% des places sont réservées aux roms par exemple. Ces associations subventionnées le font souvent sur demande de l’Etat mais avec un accord de fond. C’est un vrai scandale car l’immense majorité desdits « migrants » sont en réalité des migrants économiques, n’ayant jamais connu les difficultés que les gens passés par la rue ont dû traverser. Ces migrants devraient être pris en charge par l’Etat et les centres de formations en lien avec le MEDEF, et non prendre les rares places dédiées aux gens usés par la rue.

On se retrouve donc avec des ex clochards en train de pourrir dans des centres d’hébergement, car ils n’ont pas accès à l’aide à l’insertion professionnelle pensée pour eux. Et il est difficile de les tenir loin de l’alcool quand la société leur renvoie l’image d’hommes finis passant après des migrants.  Ces associations d’insertion engagent des salariés via des contrats aidés. Les fameux contrats dont Hollande avait fait une priorité. Emmanuel Macron a, de son côté, décidé de les limiter à ces associations. Les salariés, plus de 90% d’immigrés, ont donc des fiches de paie avec contrat de travail, deux éléments cruciaux pour accéder aux logements sociaux. Ils deviennent prioritaires pour quitter les centres d’hébergement aux yeux de la mairie et de la préfecture (70% du contingent de la préfecture leur est dédié en plus des 1.500 logements de la mairie de Paris via les accords collectifs). Ces chantiers d’insertion permettent également à des immigrés âgés sans qualifications et peu « opérationnels » d’obtenir les fiches de paie, le logement et le fameux « minimum vieillesse » nécessitant d’avoir travaillé en France.

 

Le projet de loi asile et immigration de Gérard Collomb  va-t-il changer les pratiques en matière d’hébergement d’urgence ?

Ce projet est la plus grande machine à régulariser de toute l’histoire de France. L’Etat sait très bien qui est hébergé dans chaque centre puisqu’il finance 18.000 euros la place à l’année via la DRIHL (service de la préfecture). Les associations mentent donc en refusant de communiquer les noms des personnes s’y trouvant. Cette opération va permettre de faciliter les régularisations grâce à la circulaire Valls. Au surplus, les fonctionnaires devront être bienveillants et moins pointilleux que par le passé. Il y a 30% de sans papiers en moyenne dans certains centres, un chiffre qui peut monter jusqu’à 90% ! En général, ils sont sans papiers, en raison de difficultés mineures liées à l’exigence de fournir des pièces administratives (pays d’origine refusant la délivrance de documents etc). Mais comme l’Etat va devenir bienveillant (terme officiellement prononcé par l’Elysée), les fonctionnaires seront moins exigeants. Tout cela n’est qu’un sketch car les principes délirants d’accueil inconditionnel de la loi DALO/Sarkozy ne seront pas touchés par la loi . Il n’est pas question de virer des gens des centres, mais bien de leur permettre d’accéder aux 20.000 logements offerts par Macron.

Emmaus a une boutique dans le 20ème arrondissement dont 50% des places sont réservées aux roms par exemple.                                                                                           

Quel est votre parcours ? Qu’est ce qui peut aujourd’hui pousser un jeune à choisir une voie aussi difficile et ingrate que le travail social ?

Cela fait 20 ans que je m’occupe de personnes précarisées. J’ai commencé auprès d’enfants avant de me concentrer sur les adultes à la rue ou en grande précarité. Certains deviennent pompiers ou policiers pour aider les gens, moi j’ai décidé de devenir travailleur social pour aider les gens sur le temps long, avec un suivi. Je ne porte donc pas l’uniforme… Malheureusement, l’image de la fonction s’est fortement dégradée. Reste que je m’y sens utile ! La plus grosse difficulté dans mon travail réside à 90% dans le fonctionnement de l’institution et des équipes sociales. Car, la violence du public ou les conditions d’hygiène font partie du métier. On sait tout ça avant de s’engager.

C’est un peu comme pour les flics où les pompiers ne se plaignant pas des conditions difficiles de leurs interventions, mais des postures des supérieurs ou des freins qu’ils mettent pour qu’il n’y ait pas de vagues. 80% du social est délégué au privé via des associations avec des financements publics. J’ai travaillé dans les deux secteurs. Quand des associations comme Emmaüs font des publicités pour des dons, c’est du bonus pour mieux gâter les salariés ou offrir des conditions d’accueil assez luxueuses à des hébergés car l’Etat paie le principal (95%). Je vois peu de différences car il y a beaucoup d’avantages dans les deux (statut fonction publique et convention collective). Les missions sont assez semblables et les associations sont de plus en plus énormes, donc avec la même lourdeur que la fonction publique.

 

Lire aussi : L’interview en vidéo d’Antonin

 

Les travailleurs sociaux sont-ils des gens très politisés, comme on le croit souvent ?

Les travailleurs sociaux sont avant tout des salariés. Et un salarié, sa priorité est de garder son emploi. Il peut y avoir des formes de résistances passives ou des discussions contestant les décisions de l’Etat ou des institutions mais cela s’arrête rapidement.
Une petite partie est politisée et fait du prosélytisme en dehors de la présence des cadres. C’est néanmoins marginal. Pour preuve les faibles mobilisations lors des renégociations vers le bas des conventions collectives ou contre les votes des budgets.

En revanche, les travailleurs sociaux sont de grands adeptes de la défense de la laïcité. Mais de la laïcité floue ou anti catholique (en sachant que la majorité des associations étaient chrétiennes au départ). Là, la parole est assez libre tant qu’elle ne s’en prend ni à l’immigration, ni à l’islam. En revanche, on peut s’en donner à cœur joie avec le christianisme !  Je vois surtout arriver une nouvelle génération égocentrée, cherchant les avantages de la fonction, xénophile pour flatter sa bonne conscience. Enfin, le tout sans faire d’heures sups ! Rien de nouveau sous le soleil…

 

Comment l’action en faveur des SDF est-elle coordonnée entre les différentes institutions à Paris ?

Paris est une ville extrêmement bien dotée pour les « SDF ». Il existe des dizaines d’associations ou points d’accueil de jour, dont la plupart sont aujourd’hui expressément réservés aux « migrants ». J’en ai déjà sollicité pour des SDF Français et j’ai reçu une fin de non recevoir du fait de leur nationalité. Les SDF sont divisés en catégories (âge, légalité de la présence, sexe, composition familiale). Pour les personnes en situation légales, elles sont suivies dans les PSA (permanences sociales d’accueil de la mairie de Paris) par des assistantes sociales qui gèrent le RSA et les demandes d’hébergement. Elles ont plus de 120 dossiers à suivre (ce qui est un scandale) et font ce qu’elles peuvent dans des conditions difficiles. Les clochards ont du mal à s’y rendre justement à cause des conditions d’accueil et des délais.

Paris est une ville extrêmement bien dotée pour les « SDF ». Il existe des dizaines d’associations ou points d’accueil de jour, dont la plupart sont aujourd’hui expressément réservés aux « migrants ». J’en ai déjà sollicité pour des SDF Français et j’ai reçu une fin de non recevoir du fait de leur nationalité.

Les demandes d’hébergement d’urgence sont faites par ses structures au SIAO urgence et au 115 (qui ont fusionné il y a peu). Ce service attribue ensuite les places en fonction des profils (hôtels, lieux collectifs avec restaurations etc). Cette remontée d’informations par les professionnels est sous forme déclarative. Les SDF Français se retrouvent souvent en difficultés à cette étape car il y a plus de travailleurs sociaux pro migrants que de travailleurs axant leur mission sur les personnes précaires. Ensuite, les travailleurs sociaux des centres d’hébergement ou des PSA/accueil de jour se chargent de faire une demande de place stabilisée au SIAO insertion qui chapeaute différentes structures (CHRS, maisons relais, résidences sociales, pensions de famille). Il faut savoir qu’il y a 700 demandes par jour pour deux places en centre d’hébergement et de réinsertion socialeEt là intervient la deuxième étape jouant contre les SDF Français : la loi DALO/Sarkozy impose qu’il n’y ait pas de rupture d’hébergement quand une personne est prise en charge par l’état. Donc tous les demandeurs d’asiles ayant obtenu le statut de réfugié sont prioritaires pour vider les CADA (centres d’accueil pour demandeurs d’asile) puisqu’ils basculent dans le droit commun.
 
La police participe à l’accompagnement des SDF avec son service nommé BAPSA (brigade d’assistance aux sans abris) composé de 70 policiers effectuant des maraudes ou transportant des SDF vers un lieu d’hébergement ou autre.  Comme dit précédemment, il y a 30% de SDF atteints de problèmes psychiatriques. Peu sont réellement suivis car ils naviguent sur Paris et la loi interdit de les obliger à se soigner. Il y a également 30% des SDF qui ont des dépendances à un ou plusieurs produits. Il est assez compliqué de les prendre en charge, car étant sur Paris, ils sont soumis à une tentation permanente avec peu de possibilité de les occuper dans un chantier d’insertion car les places sont prises par les migrants.

Quant à savoir ce qui devrait être modifié, ma réponse est sans appel : Paris est une ville phare pour les SDF. Elle les attire comme des papillons de nuit car les SDF savent qu’ils seront entourés et pris en charge avec de nombreux bonus (repas gratuits, bénévoles, dons de vêtements, argent etc). De même, les personnes prises en charge sont hébergées dans des structures devant penser à une prise en charge globale, incluant le besoin de leur donner des activités. Un clochard sorti de la rue se retrouve dans une chambre, seul ou à deux, avec son RSA. Il n’a pas de projet de vie sinon de dépendre des organismes sociaux pour être maintenu dans une ville source de tentation et habitée par des millions d’anonymes. Donc ma réponse est claire : arrêter d’accueillir des SDF et de leur proposer une cage à lapin. Il faut les réorienter vers des structures à la campagne, en communauté (comme Emmaus) avec des activités saines. Ils doivent retrouver leur dignité loin de l’assistanat aveugle.

Pour les migrants et immigrés venus pour des raisons purement économiques, il faut stopper les appels d’air avec des prises en charge de luxe. Ils sont en général propriétaires au pays : qu’on les loge en dortoirs de 30 à l’extérieur des villes en attendant qu’ils soient renvoyés chez eux. Ma position est dure mais le social doit rester du social. Les Français ne doivent pas financer le dumping social servant au patronat et les migrants doivent d’abord penser à construire leur pays avant de migrer pour devenir de bons salariés à bas prix et d’excellents consommateurs.

 

Les politiques récupèrent ils la question des SDF en la dénaturant ? Je m’explique : on entend souvent l’idée qui voudrait que «  » »les nôtres passent après les autres » » ». Il y a une indéniable part de vérité, mais n’est ce pas aussi un peu démagogique si on rapporte le discours à la réalité sociologique de la rue, des « marginaux » ?

A chaque fois que j’entends ce slogan, j’ai envie de leur demander s’ils savent qui sont les « nôtres ». Avant de critiquer des immigrés qui viennent parce que le gouvernement (via des associations subventionnées et des frontières ouvertes) les incite, ces politiques connaissent-ils la dure réalité de la France périphérique ? Des centaines de milliers de personnes âgées sont isolées dans les campagnes. Ces politiciens ont-ils proposé un plan national pour leur venir en aide ? Le seul politicien que j’entends défendre les « nôtres », c’est François Ruffin de la France Insoumise. Allez, Emmanuelle Ménard aussi. Comment pouvons-nous nous regarder dans une glace en sachant que nos ainés sont abandonnés dans les campagnes ? Donc tenir ce genre de discours est au-delà de la démagogie, il est aussi un choix de suivre la politique du gouvernement ayant décidé d’abandonner une partie de la France.

 

Que pensez-vous des maraudes qu’organisent parfois des organisations politisées, de droite comme de gauche ?

Sur l’histoire des maraudes mises en place par des organisations politisées, je ne saurais dire à quel point je trouve cela mesquin. N’importe qui ayant effectué des maraudes sait que les Français qu’ils défendent sont moins de 10% des SDF et qu’ils ont fait le choix de rester dans la rueQuand j’entends un certain mouvement politique reprendre le chiffre officiel de 143.000 SDF, je ne peux qu’être dégouté par cette volonté de surfer sur la vague des SDF, comme les associations, pour faire du buzz. Défendre un toit pour les 143.000 « SDF » revient à donner un toit à plus de 140.000 étrangers : même les associations les plus à gauche ne pourraient rêver mieux. Le 28/11/2017, un article du journal Sud-Ouest sur la mort d’un SDF devant les locaux du Samu social de Bordeaux. Il est précisé dans l’article qu’il s’agissait d’un monsieur roumain de 55 ans, connu des services sociaux et qui a refusé trois fois cette nuit là d’aller dans un centre d’hébergement.

Les grandes villes Françaises attirent des dizaines de milliers de personnes des pays de l’Est, très souvent alcooliques. Ce sont des gens malades, en souffrance, qui ne méritent pas de mourir dans la solitude loin de leurs ancêtres. Tous ces SDF sont connus. Mais pour ces mouvements nationalistes ou gauchisants, c’est une honte pour la France. Ce sont des gens qui cherchent à faire du buzz sur le dos des plus démunis en dehors de tout bon sens. Veulent-ils que la France devienne un mouroir international pour tous les alcooliques pauvres ? Au lieu d’organiser une énième maraude (les SDF en croisent souvent plusieurs par jour) auprès de populations à 90% étrangères, ils feraient mieux de s’occuper de leurs ainés, abandonnés par l’Etat, les associations et les organisations politisées qui surfent sur la misère humaine. J’attends toujours de voir ces mouvements aller dans les EHPAD pour s’occuper de nos aînés.

 

.

grobin@lincorrect.org

Pin It on Pinterest

Share This