Skip to content

Antipop : Wejdene, tu hors de nos vies

Parce que la pop culture, malgré ses joyaux, est avant tout une sous-culture de masse, il ne faudrait pas oublier de prendre du recul et de la gifler tous les mois. L’Incorrect tient à votre hygiène mentale, voici la rubrique Antipop.

Partage

© DR

S’il est bien une qualité que l’on ne peut que reconnaître à Wejdene, ce n’est pas sa musique, bien entendu, mais le fait d’avoir compris que pour devenir célèbre dans le monde moderne, il ne faut plus une production artistique qualitative, mais se contenter d’être un « mème ».

La nouvelle coqueluche du web, que l’on connaît notamment pour son tube Anissa (près de 56 millions de vues sur YouTube au moment de l’écriture de cet article), ne peut pas se prévaloir d’écrire une musique ou des paroles dignes du moindre soupçon d’intérêt : son instrumentation ferait passer Jul pour Beethoven, et ses paroles sont au niveau de ce que baragouinerait un enfant de CE1 (s’il venait de débarquer avec ses parents d’un pays non francophone). Révélée par TikTok (la plateforme est le nouveau vivier de célébrités : en musique, Lil Nas X en est l’exemple le plus flagrant, même si bien entendu la qualité de sa production est incomparable à celle de Wejdene), la rappeuse de seize ans est en fait la fille de l’artiste tunisien Badra Zarzis (qui est bien loin de connaître le même succès que sa progéniture) et son premier album vient juste de sortir. [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest