Skip to content

Twitter guillotine le prétendant alfonsiste au trône de France

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Louis-Alphonse de Bourbon- ©DR

 

Le décès de George Floyd, un afro–américain étouffé par un policier au cours d’une intervention musclée, a provoqué de violentes manifestations à travers les Etats-Unis. Le 29 mai au cours d’une de ces émeutes, la statue de Louis XVI, située dans la ville de Louisville, a été endommagée. Se présentant comme l’héritier du roi-martyr, le prince Louis-Alphonse de Bourbon s’est fendu d’un tweet qui est a provoqué un véritable bad buzz.

 

« Comme successeur de Louis XVI, et attaché à la défense de sa mémoire, je souhaite que les dégâts soient réparés et que la statue soit restaurée. D’ores et déjà, je remercie les autorités des mesures qu’elles prendront en ce sens ». Ce message a été publié en français et en anglais sur le compte Twitter officiel du prince Louis-Alphonse de Bourbon, le prétendant au trône de France pour ses partisans alfonsistes. Il ne s’attendait certainement pas à une telle réaction en chaîne sur les réseaux sociaux. En réclamant que les autorités de Louisville (Kentucky) s’occupent de la statue de Louis XVI, amputée de sa main droite au cours d’une manifestation contres les violences policières, le duc d’Anjou s’est attiré les foudres des internautes qui ont violemment critiqué son « manque de compassion » et une prise de position « totalement déconnectée de la réalité ».

 

« Des noirs meurent dans le plus grand des calmes, assassinés par des blancs haineux et on devrait pleurer pour un bout de pierre ? » lui a asséné un twittos. « En ces temps de violence et de colère collective, qui peut vraiment penser au devenir d’une statue ? » s’est indignée une autre personne. Accompagnés de photos d’une guillotine en action, des milliers de commentaires ont lynché virtuellement cet héritier au trône de France qui défend l’héritage de l’Ancien Régime.

Accompagnés de photos d’une guillotine en action, des milliers de commentaires ont lynché virtuellement cet héritier au trône de France qui défend l’héritage de l’Ancien Régime.

« Ce n’est certainement pas la chose la plus importante actuellement que de commenter la main coupée d’une statue » lui a répondu d’un ton acerbe le célèbre acteur/youtubeur Oliver Thorn, connu sous son pseudonyme de Philosophy Tube, dans un tweet aimé plus de 10 000 fois. Il a été suivi de près par Lauren Hough, un écrivain américain, qui lui a suggéré de « réétudier son histoire de famille ».

 

« Étant donné que ce Bourbon soutient ouvertement une idéologie dictatoriale et compte plusieurs monarques absolus dans son arbre généalogique, il n’est pas choquant de lire ce communiqué. Cela indique juste que c’est quelqu’un qui cherche à n’être que du côté des perdants de l’Histoire depuis des années » écrit sèchement Inside Hook, un webzine en ligne très suivi aux Etats-Unis. Un bad buzz repris par la presse et dont l’arrière-petit-fils du dictateur Franco se serait certainement bien passé. Certains lui conseillent même de « financer lui-même les réparations de la statue grâce à sa considérable fortune ».

 

Lire aussi : L’Amérique sombre 

 

Âgé de 45 ans, le prince Louis-Alphonse de Bourbon est membre de la Société de Cincinnati de France, une association qui entend maintenir le lien entre les Etats-Unis et l’Hexagone, en remerciement de l’aide apportée par le roi Louis XVI dans la lutte pour l’indépendance américaine.

Père de 4 enfants tous nés aux Etats-Unis, ce gendre de Victor Vargas, milliardaire et banquier du gouvernement vénézuélien, a récemment fait les gros titres de la presse française et internationale dans « l’affaire Franco ». 

Père de 4 enfants tous nés aux Etats-Unis, ce gendre de Victor Vargas, milliardaire et banquier du gouvernement vénézuélien, a récemment fait les gros titres de la presse française et internationale dans « l’affaire Franco » qui l’a opposé au gouvernement espagnol jusqu’en octobre 2019 ainsi que dans le cadre de la faillite de deux banques dont il gérait les fonds.

 

 

Frédéric de Natal

 

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest

Share This