Skip to content

150 ans de la IIIe République : le Second Empire victime du coup de force des Républicains

Comment est née la IIIe ? Derrière les mots lénifiants d’Emmanuel Macron au Panthéon, c’est une autre réalité qui eut lieu. Notre service de vérification historique a enquêté.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© La foule devant le Corps législatif au matin du 4 septembre 1870, Jacques Guiaud, 1870, musée Carnavalet, Paris

« Français ! Le Peuple a devancé la Chambre, qui hésitait. Pour sauver la Patrie en danger, il a demandé la République », affirme Léon Gambetta à l’hôtel de Ville de Paris le 4 septembre 1870, en proclamant la République depuis le balcon. Un texte lu à nouveau ce matin par une lycéenne devant le président de la République au Panthéon. Et ce dernier de commenter : « Alors que l’Empire venait d’être défait à Sedan, un jeune député de trente-deux ans, Léon Gambetta, répondait à l’appel du peuple de Paris et proclamait la République ».

Ces propos – ceux de Gambetta comme ceux de Macron – sont révélateurs d’une réécriture de l’histoire qui s’apparente à une véritable falsification. Non, ce n’est pas le peuple français – ni même celui de Paris, à supposer qu’il existât – qui a souhaité l’instauration d’une République. C’est une populace avide de revanche et excitée par l’extrême gauche républicaine qui a profité de la défaite pour régler ses comptes et renverser l’Empire. [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest