Skip to content

1983 : l’année où Mitterrand abandonna la classe ouvrière

Changeant radicalement la politique économique du pays, « le tournant de la rigueur » orchestré par Pierre Mauroy a signé l'abandon de la classe ouvrière.

Partage

© DR
« Celui qui n’accepte pas la rupture avec l’ordre établi, avec la société capitaliste, celui-là ne peut pas être adhérent du Parti socialiste» (François Mitterrand, 1971). Qu’il est délicieusement rétro de réécouter les discours du congrès d’Épinay ! Mauroy parlant de « révolution » à un auditoire d’adhérents de la CAMIF. On s’en laisserait pousser le collier de barbe de nostalgie ! Pourtant, le PS d’alors n’est guère révolutionnaire : le molletisme, discours couillu et baissage de froc, rassemble encore un tiers des socialistes ! C’est pourtant François Mitterrand qui gagnera le congrès. En jouant sur la « rupture » et l’acceptation du Programme commun avec le PCF [ ...]
La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest