Skip to content

Brejnev, le dictateur aimable

Dans son Brejnev, l’Antihéros, André Kozovoï nous brosse le portrait de « l’homme aux sourcils broussailleux » qui n'a que peu inspiré les historiens malgré une vie trépidante.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© Perrin

« Comment peut-il y avoir de culte de la personnalité sans personnalité ? » est une boutade qui circulait à Moscou après l’accession de Brejnev en octobre 1964 au pouvoir suprême. En dépit de ses 18 ans au pouvoir, le Gensek (Premier secrétaire) a peu inspiré les historiens : trop séducteur, trop consensuel, trop absent. Or c’est cette carrure d’antihéros, nous dit son biographe Andrei Kozovoï, qui explique sa longévité. Brejnev commence sa carrière d’apparatchik stalinien dans les années trente. Il participe à la Seconde Guerre mondiale comme officier politique.

Pas de quoi casser trois pattes à un canard. L’envolée arrive dans les années cinquante : nommé responsable du projet spatial soviétique, Brejnev est l’un des hommes de confiance de Khrouchtchev. Leonid est habile, il sait désamorcer les conflits et endure en stoïcien les colères de son patron. Humilié par Nikita qui le traite de « chef des imbéciles », il finit par organiser la destitution du vieux leader. La crise alimentaire qui sévit alors en URSS est le coup de boutoir qui envoie Khrouchtchev à la retraite. Parmi les conspirateurs, Brejnev est le plus fade, il inspire donc confiance. Flanqué de Kossyguine qui devient chef du gouvernement, Brejnev utilise la scène internationale pour se dégager de cette direction collégiale. [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest