Skip to content

Afrique du Sud : « Ce sont les blancs qui ont apporté la maladie chez nous »

Lors d’un point de presse organisé le 14 janvier à propos de la crise sanitaire, le député Julius Malema a affirmé que le virus avait été importé dans le pays par des blancs. Une sortie hasardeuse dont il est devenu coutumier.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Julius Malema / © DR

Souhaitant réagir à l’ordre de fermeture des frontières terrestres et maritimes que l’Afrique du Sud partage avec les pays membres de la Communauté de développement d'Afrique australe (SADC), le député Julius Malema a surpris son assistance en déclarant que le virus avait été importé dans le pays par des blancs. Sans ambages, l’homme coiffé de son sempiternel béret rouge a affirmé que « la maladie n'est pas venue ici depuis le Lesotho ou du Zimbabwe, elle est venue d'Italie. Ce sont les blancs qui ont apporté la maladie chez nous ». « Lorsque nous avons dit au gouvernement qu’il fallait mettre ces personnes en quarantaine par un isolement forcé, il n’a pas voulu le faire. La vérité, c’est que ce gouvernement veut plaire aux blancs » a renchéri le tonitruant leader des Combattants de la liberté économique (EFF).

L’homme verse continuellement dans le populisme racial, dont il a fait son fonds de commerce politique. Et il n’hésite pas à accompagner tous ses communiqués de violentes diatribes contre les Européens ou la communauté afrikaner d’Afrique du Sud, qu’il rend responsables de tous les maux du pays. « Que vous fermiez ou non les frontières, les Sothos du Lesotho vont quand même entrer en Afrique du Sud. Ce n’est pas parce que des imbéciles ont décidé de tout fermer que tout va s’arrêter du jour au lendemain. C'est comme si nous étions dirigés par un fou. C'est donc une perte de temps. [Le président Cyril] Ramaphosa fait juste semblant de s’occuper de ce problème et nous montre qu’en fait, il essaye de plaire à ses maîtres blancs » n’a pas hésité à ajouter Julius Malema, qui n’en est plus à une provocation près. [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest