Skip to content

Anne-Isabelle Tollet, pour Bibi

La vocation de journaliste d’Anne-Isabelle Tollet lui a été inspirée le soir du 9 novembre 1989. Anne-Isabelle regarde, fascinée, l’histoire basculer sous ses yeux. « C’est extrêmement simple », se remémore-t-elle : « Je veux en être ».

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
La sensation qu’elle a ressentie à ce moment-là a submergé un vague désir de devenir avocate. Deux événements cathodiques vont consolider cet appel: « La première guerre du Golfe, avec Michèle Cotta qui commente inlassablement des images vertes jusqu’au bout de la nuit. Et enfin la retransmission en direct du procès de Ceausescu. Tout le monde autour de moi s’en fichait. Alors je voulais y aller, être le témoin privilégié de l’histoire, et la transmettre au plus grand nombre ». Comment une demoiselle sarthoise, rêvant d’aventures dans les couloirs du tranquille lycée Notre-Dame de La Flèche, s’y est-elle prise pour intégrer le cénacle des médias parisiens ? Anne-Isabelle vit comme si elle était un personnage de la comédie humaine qu’elle aime tant
La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest