Skip to content

Après Sainte-Sophie, Saint-Pierre de Rome ?

Chacun veut cyniquement garder la Turquie dans son camp, au cœur de ce Moyen-Orient plus instable que jamais. Mais personne ne veut comprendre le danger imminent qu’il y a pour notre civilisation de laisser la Turquie travestir et profaner son passé romain et byzantin.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© Romée de Saint-Céran pour L’Incorrect
Nous considérons qu’il s’agit d’une affaire intérieure de la Turquie et ni nous, ni d’autres ne doivent s’ingérer », déclarait le 13 juillet le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Verchinine à propos de l’ouverture au culte musulman de la basilique Sainte-Sophie de Constantinople trois jours plus tôt. « Toutefois, nous ne pouvons pas ne pas attirer l’attention sur l’importance de ce site du point de vue de la culture et de la civilisation mondiales ». La réaction tout en douceur de la diplomatie russe a contrasté avec l’émoi du patriarche de Moscou, Kirill. Elle a également contrasté avec l’inauguration de la grande mosquée de Moscou en présence de Recep Tayyip Erdogan le 23 septembre 2015. [...]
La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest