Ascenseur pour l’échafaud

© Capture TF1 / L'Incorrect

Comme les rasoirs Bic à deux lames, le système politico-médiatique est implacable. La première lame soulève le poil, la deuxième le coupe. Lynché à la télé, puis lâché par les copains. La droite est experte en ce domaine : elle finit toujours le travail que la gauche a commencé. Et au suivant !Lorsque nous rencontrons Emmanuelle Gave, le samedi 16 février en fin de journée, elle pense encore qu’elle va s’en sortir – et, à vrai dire, nous aussi. Qu’elle va être en quatrième position sur la liste menée par Nicolas Dupont-Aignan aux élections européennes. Que l’onde de choc créée par un article de l’Opinion, qui met dans sa bouche des mots qu’elle affirme ne pas avoir prononcés et la plante dans un décor qui fait porter sur elle le soupçon infamant de l’antisémitisme, va s’estomper. Qu’elle va pouvoir reprendre une vie presque normale, tant elle a compris qu’il ne peut y avoir de vie tout à fait normale dès lors qu’on est engagé en politique. « Ce qui m’a le plus blessé, nous confie-t-elle alors, c’est l’accusation d’antisémitisme, qui ne repose sur absolument rien et face à laquelle je me suis sentie démunie. Un peu comme l’est un homme accusé de viol et qui, par définition, ne peut pas apporter de preuves négatives. J’en ai été d’autant plus meurtrie que j’ai une belle-sœur israélienne et que les rapports avec mes futurs neveux vont poser problème quand ils vont apprendre que leur tante a été accusée d’être antisémite. On ne soigne plus le combattant blessé au front, on lui met une balle. On le « débranche » pour éviter le court-circuit général. Mais puisqu’on me dit que ça fait partie de la politique, je ferai avec ». Quatre jours plus tard, le couperet tombe, ou plutôt le tir de mortier, sous la forme d’un communiqué diffusé le 20 février au soir qu’avec son humour distancié elle résumera sans doute ainsi quand elle aura réalisé ce qui lui est arrivé : « T’es virée, ma chérie. » Le texte est signé par Frédéric Mortier, secrétaire général de Debout la France : « À la lumière des nouveaux éléments révélés ce soir par l’émission Quotidien sur TMC et dont nous n’avions pas connaissance, le mouvement Debout la France, présidé par Nicolas Dupont-Aignan, indique que la candidature d’Emmanuelle Gave ne sera pas validée par la commission d’investiture pour être sur la liste des élections européennes ».
Pour pouvoir lire cet article vous devez vous abonner :Notre Offre

Journaliste

bruno@lincorrect.org

Pin It on Pinterest

Share This