Skip to content

Attaque terroriste au Nigéria : panique et inquiétude dans les lieux de culte

À la suite de l’attaque de l’église Saint-François d’Assise d’Owo au sud-ouest qui a fait quarante morts, l’inquiétude s’est emparée des lieux de culte malgré l’appel « à la confiance » de Mgr Jude Arogundade et les vives condamnations de la communauté musulmane. Les églises de la localité ont été placées sous protection policière alors que les mosquées se sont subitement vidées.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© Capture d'écran YouTube

Vendredi. Grand jour de prière musulmane. Malgré l’appel à la prière un peu plus long que d’habitude, Ahmad Aladesawe présidera une assemblée presque éparse. L’imam de la ville d’Owo  (État d’Ondo, sud-ouest du pays) est tout ému. Cinq jours après l’attaque d’une église dans cette zone jusque-là épargnée par la violence terroriste, « les fidèles ont fui la ville » selon le chef religieux qui, après avoir condamné l’événement, a fait don de 1130 euros aux catholiques de la ville. Redoutant les représailles alors que les auteurs de l’attaque ne sont pas identifiés, les musulmans ne se mobilisent pas à l’entrée des mosquées. Deux jours après l’attaque de l’église, des djihadistes présumés s’en sont pris à une communauté de ferrailleurs, faisant 23 morts. Entre panique et inquiétude, « les populations évitent les lieux de culte et les rues sont désertes dès la fin de l’après midi » selon Isaac Ogundé, habitant d’Owo et protestant évangélique contacté sur place par L’Incorrect.

Malgré la condamnation du pape et son appel « à rester solidaires », les prêtres nigérians se sentent « exposés »

Inquiétude malgré l’immense solidarité

Ahmad Aladesawe comprend l’inquiétude des croyants « musulmans comme chrétiens ». Il a d’ailleurs confié à la presse avoir perdu des amis et proches catholiques. « L’une des membres de ma famille a reçu une balle dans le dos », a confié l’imam d’Owo qui a aussitôt appelé les musulmans à manifester leur solidarité à l’endroit des chrétiens. Un appel qui a reçu un large écho d’autant que plusieurs collectes de fonds ont été mises en place pour soutenir les victimes. « Nous avons proposé aux églises de les aider à assurer leur sécurité pendant les cultes », a confié Bouhaïma, étudiant en sociologie qui confirme avoir adressé un courrier aux autorités chrétiennes dans ce sens. « On peut les aider le dimanche puisque c’est vendredi notre grand jour de prière », insiste-t-il. Joints au téléphone, plusieurs prêtres du diocèse ont avoué « craindre pour leur vie » et ce d’autant qu’habituées à vivre ensemble, les populations d’Owo « ne s’attendaient pas du tout à une telle attaque », selon Aladesawe. Le gouverneur de l’état d’Ondo demande aux citoyens de « rester calmes mais vigilants » rappelant « qu’aucune localité n’est désormais épargnée » par le terrorisme. [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest