Skip to content

Autonomistes de droite : volontaires pour la Bretagne

Bonne nouvelle : l’autonomisme breton de droite existe ! Depuis la mort du MRB (mouvement issu du mégretisme) vers 2003 et la mise en sommeil des indépendantistes d’Adsav, la mainmise de la gauche sur le mouvement breton est totale. Les élections régionales voient cependant émerger une nouvelle liste, La Bretagne en héritage, composée en partie de dissidents RN, DLF et LR favorables à l’autonomie et à la réunification de la Bretagne. Rencontre avec sa tête de liste en Ille-et-Vilaine, le Malouin Fabien Pedezert.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© DR

Bretagne en héritage a-t-elle une vision de la Bretagne différente de celle du RN ? 

Profondément différente. Le RN est un parti dont l’unique obsession se résume à la conquête de l’Élysée. À Bretagne en héritage, nous sommes patriotes, dans le sens où nous aimons notre commune, notre région et notre nation, la France, mais nous sommes également favorables à une autonomie de gestion pour la Bretagne. Une autonomie de type catalan ou basque, avec le droit de lever l’impôt abondant un budget régional. Nous réclamons également la réunification de la Bretagne, c’est-à-dire la réintégration de la Loire-Atlantique dans la région. Au sein du RN breton, il est impossible de parler de cela. Marine Le Pen et son avatar local, Gilles Pennelle, ont tout verrouillé et interdisent de défendre une vision territoriale de la politique. À Bretagne en héritage, nous sommes identitaires, souverainistes et autonomistes. Pour nous, il ne s’agit pas d’opposer la Bretagne à la France, mais de pouvoir être, et pleinement français, et pleinement breton.

Le chef du RN en Bretagne, Gilles Pennelle, n’a, quant à lui, tendance à ne parler que d’immigration

Se présenter à une élection régionale en ne parlant que d’immigration, c’est se moquer du monde : ce n’est pas un domaine qui est du ressort du conseil régional ! La seule chose sur laquelle nous pouvons agir est tout ce qui a trait aux aides sociales à l’immigration et elles sont majoritairement du ressort du département. Comme Gilles Pennelle cumule les fonctions, il finit par s’y perdre. Surtout, le RN breton refuse de prendre en considération les identités et les spécificités régionales. C’est un parti purement jacobin, dont l’idéologie est imposée par Paris et appliquée au local. [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest