Skip to content

Avion volé : système de combat aérien du futur

Angela Merkel tente depuis quelques semaines de renégocier le partage industriel du programme Système de Combat Aérien du Futur (SCAF). La nature des exigences de Berlin témoigne de sa volonté de montée en puissance au détriment de la France. Une posture qui n’est d’ailleurs pas neuve. 

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© DR

Le SCAF n’est pas un simple avion de combat mais un système de systèmes qui devra connecter plusieurs types de vecteurs aériens (drones, ravitaillement, transport, commandement et contrôle, renseignement mais aussi satellites). Il répond à une anticipation des exigences opérationnelles de demain probablement marquées par des conflits symétriques de haute intensité. Les programmes comme le SCAF, le MGCS (Main Ground Combat System – chars de combat) ou le MAWS (Maritime Airborne Warfare System – patrouille maritime) emportent donc des enjeux stratégiques, opérationnels et industriels particulièrement lourds pour la France, qu’elle voudrait voir intégrés par l’ensemble de l’Europe. Mais ici elle bute contre Berlin et le fort courant atlantiste de l’UE.

Dans la mesure où seule la France a la capacité de développer un aéronef de combat en toute autonomie, il s’agit là d’une véritable tentative de ponction industrielle qui aboutirait in fine au renforcement de l’Allemagne au détriment des opérateurs français


Les programmes internationaux nécessitent des partages industriels, qui dans le cas du SCAF s’avèrent de plus en plus désavantageux pour la France. Berlin voudrait développer son propre prototype via Airbus, parallèlement à Dassault, pourtant maître d’œuvre naturel. En outre, pour des raisons de propriétés intellectuelles propres à l’Allemagne, l’industrie française devrait partager ses savoirs-faire technologiques via une nouvelle répartition des programmes de développement et une collaboration égalitaire sur l’ensemble des briques industrielles du projet. Dans la mesure où seule la France a la capacité de développer un aéronef de combat en toute autonomie, il s’agit là d’une véritable tentative de ponction industrielle qui aboutirait in fine au renforcement de l’Allemagne au détriment des opérateurs français[...] 

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest