Skip to content

Benoît XVI, l’incompris

Malgré sa stature intellectuelle, le pape Benoît XVI a essuyé de nombreuses critiques durant son pontificat. Le journaliste allemand Peter Seewald prend sa défense dans une biographie monumentale.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© DR

« Il faudrait en finir avec la mauvaise foi, le parti pris et, pour tout dire, la désinformation dès qu’on parle de Benoît XVI ». Le fait que même Bernard-Henri Lévy, dans une tribune publiée en janvier 2010 dans le Corriere della Sera, se soit indigné de la partialité dont le pape émérite fait l’objet signale l’ampleur du déséquilibre. Il était temps que le blason injustement terni de Benoît XVI soit redoré. Dans un livre-fleuve (1 100 pages !), paru en mai 2020 et non traduit en France, c’est la tâche à laquelle s’attelle Peter Seewald, ancien rédacteur en chef du Spiegel, qui connaît particulièrement bien le pape émérite auquel il a consacré plusieurs livres depuis 1996.

Mozart de la théologie

Joseph Ratzinger naît en 1927 à Marktl-am-Inn, dans une Bavière profondément catholique. Le père, également prénommé Joseph, voit sa carrière de gendarme freinée par son antinazisme résolu. Le jeune garçon, comme toute sa classe d’âge, est enrôlé de force dans les Jeunesses hitlériennes, mobilisé pendant la guerre, et fait en 1945 un bref séjour dans un camp de prisonniers allié. Cette expérience du totalitarisme lui inspire une aversion profonde pour toute forme d’oppression politique et de violence, et un goût prononcé pour le dialogue qui marque son œuvre d’universitaire et de prélat. La guerre lui permet aussi de mûrir la décision de rentrer dans les ordres. Il est ordonné prêtre en 1951, en même temps que son frère aîné Georg. [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest