Skip to content

Bordel au Sahel

Mi-décembre, Tombouctou, nord Mali. Un sergent descend symboliquement le drapeau tricolore de la base occupée durant huit ans par la France. L’émotion est forte. Après Kidal et Tessalit, la fermeture de la base de Tombouctou est symbolique à plus d’un titre. C’est ici, en 2013, aux côtés du président Dioncounda Traoré, que François Hollande a justifié l’intervention française. Huit années plus tard, non seulement la guerre contre le terrorisme n’est pas gagnée, mais le sentiment antifrançais n’aura jamais été si vif, exposant des soldats dont plus de cinquante ont perdu la vie au Sahel depuis le début de l’intervention.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© Armée de terre

Mi-novembre, à Kaya (centre-nord du Burkina Faso), un jeune garçon réussit à descendre un drone de l’armée française avec un lance-pierre artisanal. L’image fait le tour des réseaux sociaux et l’opposition au président Rock Marc Kaboré s’en empare immédiatement. Au Mali, ce sont des photographies d’armes soi-disant procurées par l’armée françaises à des groupes terroristes qui ont ému l’opinion en septembre. Une courte recherche d’image inversée révèle pourtant assez rapidement la supercherie.

Il s’agit en effet de photos d’une saisie d’armes par les douanes nigérianes. Journaliste et spécialiste des intox, Antony Saint-Léger pointe du doigt « une manipulation récurrente ». Des centaines d’images du genre se partagent sur les réseaux sociaux des pays du Sahel, alimentant ainsi la haine de la France. Le ministre français des Armées, Florence Parly, n’écarte pas des « pistes russes », alors qu’une discussion est en cours entre la milice Wagner, proche du Kremlin, et Bamako. Une guerre d’images que comprend Laurent Bigot pour qui « la France est perçue comme une armée d’occupation ». [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest