Boualem Sansal : « EN ALGÉRIE, LA VOLONTÉ DE COMPRENDRE A MENÉ À 300 000 MORTS »



Après le succès de 2084, l’écrivain algérien nous offre une nouvelle méditation littéraire autour de l’islamisme : Le Train d’Erlingen. Cet humaniste laïc qui ne cesse de mettre en garde contre le fléau islamiste et de dénoncer la lâcheté des gouvernants, menacé, isolé, scandaleux, a paradoxalement quelque chose d’un prophète de l’Ancien Testament. Rencontre avec une conscience héroïque.
Pour pouvoir lire cet article vous devez vous abonner :Notre Offre

Journaliste & écrivain

rsangars@lincorrect.org

Pin It on Pinterest

Share This