Skip to content

Bruno Mégret : « La France a besoin d’une Europe puissance qui défende sa civilisation »

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
©Benjamin de Diesbach pour L'Incorrect
Retiré de la vie politique, Bruno Mégret dirige depuis janvier 2018 le site Ligne droite qui a l’ambition de créer le logiciel politique d’une droite nouvelle qui prônerait une Europe puissance fondée sur une préférence civilisationnelle. Il nous révèle en exclusivité ses intentions profondes. Pourquoi avoir décidé de lancer Ligne droite ? L’élection de Macron marque un changement important dans la vie politique française. Le système qui, en arrière-plan des partis politiques, dirige de facto notre pays avait jusqu’à présent tendance à choisir parmi les hommes politiques celui qui lui convenait le mieux et à faciliter son élection à la tête de l’État. En 2017, il a procédé différemment car c’est l’un des siens qu’il a fait élire sans l’appui d’une force politique existante. Ce qui veut dire que Macron a été mis en place pour appliquer l’intégralité de la politique du système. Pour la droite dite républicaine cela change tout car, voulant rester politiquement correcte, elle suivait la gauche sur les questions identitaires et sociétales et s’opposait à elle sur le terrain économique où elle ne risquait pas la diabolisation. Mais, avec Macron, cela n’est plus possible puisqu’il adhère, comme elle, à l’ultralibéralisme économique. La droite classique se trouve dès lors dans une impasse. Car, dans le champ du politiquement correct, elle n’a plus d’espace pour s’opposer et se trouve condamnée à disparaître. Dès lors, la nouvelle gauche de Macron fondée sur l’ultralibéralisme international, le mondialisme migratoire et la déconstruction des valeurs ne rencontre aucune opposition véritable en dehors de celle de la rue. Lire aussi : Charles Millon : « Le malaise français, c’est de ne plus savoir où sont prises les décisions politiques » Une droite nouvelle doit donc voir le jour qui, en rupture avec la pensée unique, prônerait la sauvegarde de notre identité, la régulation des échanges économiques et la promotion de nos valeurs de civilisation. Malheureusement, cette droite nouvelle n’existe pas encore et, n’étant pas en situation de la faire émerger, j’ai voulu (...) À découvrir dans le dernier numéro de L’Incorrect et en ligne pour les abonnés.
La suite est réservée aux abonnées. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest

Share This