Skip to content

Cartons magiques

Jusqu'à la mi-mars au Musée de la Chasse, Éva Jospin expose ses magnifiques créations de carton en réduction et en trompe-l’œil, qui traduisent un goût romantique pour les ruines classiques.

Partage

© Richard de Seze
Éva Jospin travaille le carton, matière rêche, pauvre, brune et souple. Elle le découpe, le perce, l’effiloche, l’entasse, le superpose, le creuse et en tire des forêts très précises, des lianes convaincantes et des Palmyre en réduction, un désert syrien avec un palais nabatéen ou une ruine romaine qu’on jurerait sortie d’un tableau d’Hubert Robert. L’hôtel de Guénégaud, ses boiseries et ses décors XVIIe et XVIIIe voient surgir au milieu des salons des caprices, des cénotaphes, d’immenses maquettes imaginaires, et même un arc antique, la Galleria, tout un univers architectural en réduction et en trompe-l’œil, pierres et végétaux factices résonnant avec les arts décoratifs baroques d’il y a trois siècles, et même au-delà : ce goût de la ruine et des architectures éphémères est aussi romantique que renaissant, cet amour pour le décor est antique. [...]
La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest