Skip to content

Chiennes en laisse

Mais à quoi jouent les féministes ? Silencieuses sur l’affaire Mila, et remontées à bloc pour Samuel Paty, nos chiennes de garde jamais à court d’un motif d’indignation semblent s’être réveillées.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© Meute de Chiennes

Le meurtre de trop

L’horrible assassinat de Samuel Paty le 16 octobre a déclenché un torrent de réactions de tous horizons. Chacun y est allé de son mot pour condamner fermement ou soutenir avec ferveur, ne laissant aucune place à l’indifférence. Mais l’action, ou plutôt la réaction la plus surprenante nous vient des féministes 2.0. Ces groupements de femmes généralement acquises à la cause vivrensemblesque ne perdent jamais une occasion de s’opposer à tout : aux filles qui se maquillent, à celles qui s’épilent, au patriarcat (quoi que ça veuille dire), aux SUV en ville et aux charcutiers-traiteurs. Cependant, elles avaient fait preuve d’un assourdissant silence lors de l’affaire Mila.

L'affaire Mila

Mila, on se rappelle, c’est cette jeune femme de 16 ans qui début 2020, lesbienne revendiquée, a eu le tort de se croire dans la France des années 70. Elle a eu l’outrecuidance de commettre un blasphème, non pas contre Jésus, ce qui lui aurait certainement valu d’alléchantes subventions, mais contre le prophète de l’islam, j’ai nommé Mahomet. Elle ne mâche pas ses mots, Mila : « Le Coran il n’y a que de la haine là-dedans, l’islam c’est de la merde ». Et de suggérer qu’Allah s’adonne au vice italien. [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest